Partage d’expériences religieuses entre chercheurs belges et congolais

0
107

Un groupe des chercheurs et professeurs  des Universités Libre de Belgique et Catholique de Louvain, membres du Centre interdisciplinaire d’études des religions et de la laïcité « CIEREL », avec à sa tête l’animateur principal de l’Observatoire des religions et de la laïcité « ORL », Jean Philippe Schreiber, a  eu des échanges hier mardi 9 février 2016, dans la matinée, au Centre de documentation de l’enseignement supérieur et universitaire et de la recherche à Kinshasa « CEDESURK », avec leurs collègues congolais de l’Observatoire interdisciplinaire des religions en RDC. Kathryn Brahy, la déléguée du Centre Wallonie Bruxelles « CWB » assistait à ces discussions.

La quasi-totalité des chercheurs congolais présents hier à ces échanges, était constituée d’anciens étudiants de l’Université catholique de Louvain et de l’ULB. Selon le programme de leur séjour à Kinshasa, Schreiber et sa suite vont également avoir une séance de travail avec des architectes congolais. Ces scientifiques belges et congolais ont planché sur le « fait religieux » pendant plusieurs heures et retracé en début d’après-midi à l’intention des médias, les grandes lignes de leur entretien.

Le coordonnateur de l’Observatoire interdisciplinaire des religions, le professeur  Gaston Mwene Batende et son collègue de l’ORL, ont commencé par dire que les échanges amorcés cette année, vont se poursuivre.  Il est fort probable que leurs collègues congolais puissent se rendre dans un proche avenir en terre bruxelloise, a indiqué Schreiber, qui n’a pas caché sa joie devant la tenue de cette sorte de table ronde entre chercheurs congolais et belges sur le « fait religieux » à Kinshasa, en ce début du mois de février 2016. Cette table ronde est une initiative de la délégation belge, a précisé  Gaston Mwene. Les deux chercheurs ont fait savoir qu’ils se sont intéressés aux sciences humaines comme l’anthropologie, la philosophie, l’histoire…  et essayé de comprendre comment la religion est vécue en RDC et en Belgique. De nos jours, a fait remarquer Jean Philippe Schreiber, on  dénombre plusieurs dizaines d’églises dans nos quartiers. La religion touche désormais toutes les activités humaines. L’impression qui se dégage aujourd’hui est qu’on a comme  une sorte de saturation dans le domaine de la religion. Et comme problèmes récurrents  dans ce domaine, ont-ils indiqué, il y a la concurrence  entre diverses religions,  le rapport entre religion et politique…..

            Selon l’animateur principal de l’ORL, c’est vers 1990 que le « fait religieux » a fait son apparition.

  Jean- Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •