Parquet général près la Cour constitutionnelle : débuts promotteurs

0
558

justice-balanceA l’occasion de la cérémonie d’échange de vœux, Emmanuel Minga, Procureur général du parquet près la Cour constitutionnelle a appelé, le samedi 30 janvier 2016 au nouveau Palais de Justice, le personnel de cette juridiction au respect des valeurs liées à leur déontologie. Il s’agit notamment de la neutralité, la conscience professionnelle, la loyauté envers les institutions de la République, l’intégrité, la compétence, le devoir de réserve, la ponctualité, le respect mutuel, l’esprit d’équipe et la discipline. Le non-respect de ces valeurs, a-t-il averti, est de nature à exposer leurs auteurs aux sanctions prévues dans le règlement intérieur de l’office.

Saisissant cette opportunité pour féliciter les magistrats et tout le personnel du parquet général, pour les bons rapports qu’ils ont entretenus non seulement entre eux mais aussi avec les autres membres de la Cour, Emmanuel Minga a également relevé les difficultés d’installation rencontrées par la jeune institution dont certaines ont pu être surmontées grâce à son sens managérial élevé et avec l’appui de tout le personnel.Dans le lot des réalisations, il a relevé l’aménagement de l’aile du 2ème niveau du nouveau Palais de justice, notamment par le cloisonnement des locaux et leur équipement en splits, postes téléviseurs, ordinateurs, mobiliers de bureaux ; ce qui a contribué à l’amélioration qualitatif du travail dont le résultat est apprécié par tout le monde.

Face au besoin de partage d’expériences avec d’autres juridictions à travers le monde et de formation de son personnel en vue du renforcement des capacités, le procureur général Minga prend l’engagement de ne ménager aucun effort pour que des initiatives  entreprises dans ce sens se poursuivent.

Bien avant lui, Donatien Mokola Pika, Premier Avocat général près cette cour, a dressé le bilan des activités de l’office durant la première année d’existence.

            Au plan judiciaire, il a dénombré 25 audiences tenues à la Cour constitutionnelle; 175 avis du ministère public rendus dans les dossiers soumis au parquet général, un total de 44 plénières au cours desquelles des projets d’avis du  ministère public ont été examinés. En matière pénale, le parquet général a ouvert 7 dossiers d’information (RI), lesquels sont en cours. Plusieurs réunions des services ont été tenues, au cours desquelles des directives ont été données et des remarques formulées par le Procureur général en vue du bon fonctionnement de l’office.

            Sur le plan administratif, des travaux d’aménagement des locaux et leur équipement ont réalisé à l’initiative du Procureur général ; 1290 correspondances ont été reçues  contre 1023 expédiées. Plusieurs missions de service ont été effectuées  non seulement en Belgique, France, Canada, Tanzanie, Bénin et Madagascar, dans le cadre des contacts et échange d’expérience avec les Cours et conseils constitutionnels étrangers, mais aussi dans l’arrière-pays, notamment auprès des Cours d’appel de Gombe, Matete (Kinshasa) ; Kisangani et Mbandaka. Sans oublier la formation sur le management par objectifs organisée par Consulting Financial Management (CAMEF) au profit du personnel. Et cela, en vue de renforcer les compétences et aptitudes permettant de dynamiser les fonctions de secrétaire de direction, adjoint administratif et de chargé du protocole.

Sur le plan social, le 1er Avocat général du parquet près la Cour Constitutionnelle a salué les efforts entrepris par le Procureur général pour résoudre partiellement la question de rémunération du personnel affectés après la mise en route du budget 2015. Les festivités de fin d’année ont été rendues agréables grâce à la distribution au profit de tout le personnel d’importantes quantités de vivres constitués pour l’essentiel de sacs de riz et cartons de poulet.

Mais dans l’ensemble, les conditions sociales du magistrat et du reste du personnel n’ont pas été tout à fait satisfaisantes. Outre le fait que le statut particulier des membres de la Cour constitutionnelle est encore attendu avec le statut barémique de ces derniers, le remboursement des crédits véhicules  cause des soucis aux magistrats et autre personnel de l’office.

Tshieke Bukasa