Parquet général de Lubumbashi :Katumbi, le 2me round

0
456

moiseKatumbiL’attention des Congolaises et Congolais de tous les horizons va se focaliser, une fois de plus, sur le dossier judiciaire de Moïse Katumbi, gouverneur honoraire de l’ex-province du Katanga, appelé à comparaître de nouveau ce mercredi 11 mai 2016 au Parquet général près la Cour d’Appel de Lubumbashi. Signalons qu’il est défendu par une vingtaine d’avocats dont le Français Eric Dupont Moretti dont l’arrivée à Lubumbashi est annoncée pour ce mercredi.

On rappelle que lundi dernier, il a été entendu pendant plus de cinq heures au niveau de la même juridiction, au sujet du recrutement présumé des mercenaires étrangers chargés de déstabiliser les institutions de la République Démocratique du Congo.

On laisse entendre qu’à cette occasion, ce candidat déclaré à l’élection présidentielle a nié tous les faits mis à sa charge. Il n’a pas reconnu avoir fait entrer plus de 500 sujets américains en territoire congolais entre janvier et avril 2016, comme soutenu par le ministre de la Justice dans son point de presse du mercredi 04 mai. S’agissant de l’Américain Lewis Darryl, aux arrêts et en détention préventive au niveau des services de sécurité à Kinshasa depuis le 25 avril, Moïse Katumbi l’a présenté comme un de ses consultants.

            Le deuxième round de l’affaire « Moïse Katumbi » va sûrement se dérouler, comme le premier, sous la forte pression de la rue. En effet, lundi dernier, l’intéressé s’est fait accompagner de plusieurs centaines de ses sympathisants au Palais de Justice de Lubumbashi. Cette forte mobilisation populaire était motivée par les rumeurs ayant circulé pendant toute la journée de lundi à Lubumbashi et selon lesquelles cet homme d’affaires et acteur politique allait être mis aux arrêts et transféré à Kinshasa.

            Le suspense demeure quant à la suite que le Parquet Général de Lubumbashi pourrait donner au dossier judiciaire de Moïse Katumbi. A première vue, si les graves accusations portées contre lui par le ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Alexis Thambwe Mwamba, venaient à être corroborées par des preuves irréfutables, il pourrait connaître de sérieux ennuis. Au nom de la présomption d’innocence, d’aucuns souhaitent que la justice congolaise s’investisse dans des enquêtes sérieuses pour faire toute la lumière qui s’impose au sujet de la présumée atteinte à la sécurité intérieure dont se serait rendue coupable Moïse Katumbi. Il va revenir aux praticiens du droit la délicate tâche d’aider le Congolais moyen à comprendre la corrélation entre la déclaration de candidature du précité à la présidence de la République – ce qui suppose son attachement à la conquête démocratique du pouvoir – et les préparatifs d’un coup de force.                        Kimp