Parquet de L’shi- Katumbi: nouveau face à face ce vendredi

0
325

moiseKatumbiEntendu le lundi 09 mai 2016 puis hier mercredi 11 mai, Moïse Katumbi devrait se présenter de nouveau le vendredi 13 mai au Parquet général de Lubumbashi. Poursuivi dans une affaire de recrutement présumé de
mercenaires étrangers, dont des sujets américains évalués à 658 par le cabinet du ministre de la Justice et Garde des Sceaux, le gouverneur honoraire de l’ex-province du Katanga s’est fait accompagner hier, comme lundi, de plusieurs milliers de sympathisants. Il a reçu aussi un important appui moral de ses compagnons politiques venus de Kinshasa, notamment Jean-Claude Vuemba (MPCR), Christophe Lutundula (MSDD), Franck Diongo (MLP), José Endundo (PDC), Dany Banza (ACO), aux côtés de qui on a remarqué le patriarche Gabriel Kyungu wa Kumwanza (Unafec), un des grands notables de l’ex-province du Katanga.

Il convient de noter qu’à l’arrivée dans la foule dans le périmètre du Parquet général de Lubumbashi, la police a lancé des gaz lacrymogènes qui ont semé un grand désordre. On a enregistré quelques blessés parmi de paisibles citoyens venus attendre la suite du dossier judiciaire de Moïse Katumbi mais aussi des arrestations. Interrogé au sujet de cette répression, le commandant provincial de la police a nié avoir donné un quelconque ordre dans ce sens, condamné les dérapages de ses hommes de troupes et promis des sanctions à l’endroit des coupables.

Afin d’éviter le piège d’une situation chaotique de nature à entraîner la délocalisation du lieu d’audition du président du Tout Puissant Maremme, son entourage a recommandé à ses milliers de sympathisants de se retirer jusqu’au niveau de la Poste et d’y attendre tranquillement la fin du face à face entre Moïse Katumbi et
les magistrats instructeurs, conduits par l’Avocat général Mi obi. Onignore les faits sur lesquels l’incriminé a été interrogé hier. Selon certaines indiscrétions, le collectif de ses avocats, piloté par le Bâtonnier Jean-Joseph Makeni, a dû batailler fort pour contrecarrer l’option du Parquet général de Lubumbashi de vouloir transférer leur
client à Kinshasa, afin d’y être confronté à son garde du corps américain Lewis Darryl. Pour la défense de Moïse Katumbi, la confrontation devrait être organisée au lieu présumé de l’infraction, à savoir la ville de Lubumbashi ou ses fermes basées dans l’ex-province du Katanga.

Il y a lieu de relever que les deux chauffeurs de l’incriminé, qui
devaient être verbalisés également hier au Parquet général de
Lubumbashi, n’ont pas pu se présenter aux magistrats instructeurs, car
sérieusement « abîmés » par les policiers lors de son opération de
répression menée contre les sympathisants de Moïse Katumbi. Ils ont
été ramenés à leur lieu de détention, à l’amigo des services spéciaux.
Entendu de 11 heures à 17 heures, ce candidat déclaré à la
présidentielle a regagné sa résidence à bord d’un bus Mercedes, au
milieu d’une longue escorte motorisée, sous les cris de joie des
milliers des ses sympathisants.
Il est à noter que son avocat français, Me Dupond Moretti, n’a pas
encore gagné Lubumbashi. Selon ses propres dires, il ne pourrait
partir de France pour la RDC que si les circonstances l’y obligent.
Pour l’instar, il suit les péripéties du dossier à distance.
Kimp