Parlement : éventrer le boa !

0
32

 

Le dossier sécuritaire du Nord-Kivu est en passe de quitter le cercle des initiés pour tomber dans le domaine public à partir de ce mercredi 30 mai 2012. C’est à cette date en effet que le Vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Alexandre Luba Ntambo, est appelé à répondre à la « question orale avec débat » du député national Martin Fayulu en rapport avec la crise politico-militaire qui prévaut dans cette partie du pays.
Au regard de l’actualité et de la pertinence du sujet, l’opinion congolaise s’attend à un débat houleux à l’hémicycle de Lingwala. Mais, au-delà d’échanges qui s’annoncent particulièrement chauds, il faut considérer le point de chute, à savoir les recommandations et résolutions à formuler par les élus du peuple à l’intention du gouvernement.
 L’opinion congolaise attend de connaître la position de la Représentation nationale sur le dossier, après  qu’elle ait été soigneusement tenue à l’écart de tout ce qui se décidait autour des accords de paix entre le Gouvernement central et les nouveaux seigneurs de guerre du Nord-Kivu, de l’intégration de leurs combattants au sein des FARDC ainsi que des opérations mixtes entre les armées rwandaise et congolaise.
L’Assemblée Nationale vient de recevoir, sur le plateau d’or, l’opportunité de creuser sans détours la question sécuritaire de l’Est de la République, largement entourée du voile du flou par un groupe de compatriotes, alors qu’elle est devenue le fond de commerce des architectes de la balkanisation de la RDC et des pilleurs de ses ressources naturelles. Il est à souhaiter, dans le souci de l’éclatement de la vérité ou des vérités, que la parole soit accordée à tous les députés ayant des informations et observations de nature à aider la communauté nationale à mieux saisir les tenants et aboutissants d’une situation d’insécurité vieille de près de vingt ans.
Mieux les idées vont circuler autour de la « question orale avec débat » adressée au Vice-Premier ministre et ministre de la Défense, et davantage les Congolais auraient la chance d’être suffisamment édifié sur ce qui se trame au Nord-Kivu.
Rien ne devrait être caché, car nos concitoyens, grâce aux informations leur livrées ces derniers temps par des structures aussi sérieuses que les Nations Unies, la CPI, Human Rigts Watch et autres, savent que les mutins qui perturbent la paix au Nord Kivu sont pour la plupart des Rwandais, que le trafic illicite des minerais y est entretenu par des lobbies étrangers soutenus par certains décideurs politiques et militaires, que les FARDC y sont victimes de cas réguliers de trahison, que la souveraineté et l’intégrité nationales sont bradées par des concitoyens ayant curieusement la charge de défendre les intérêts de la République, etc.
La politique de l’autruche a causé tant de dégâts humains et matériels au Nord-Kivu que l’heure est venue, pour les membres de l’Assemblée Nationale, d’éventrer le boa.
 
Kimp

LEAVE A REPLY

*