Panama Papers : l’UDPS veut voir clair

0
147

Mavungu-BrunoLe Secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) a conféré hier jeudi 7 avril avec les journalistes au siège de son parti, sur l’avenue Zinnias, dans la commune de Limete. La communication de Bruno Mavungu Puati a tourné autour de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, du scandale des paradis fiscaux dit « Panama Papers », de la candidature unique de l’Opposition à la présidentielle de 2016 et du meeting à tenir le 23 avril prochain.

Concernant la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité de l’Onu, l’UDPS s’en réjouit et la considère comme une réponse à la requête de son président, Etienne Tshisekedi wa Mulumba. En outre, la fille aînée de l’Opposition congolaise exprime sa satisfaction de voir les Nations Unies exiger que les auteurs des crimes commis lors des élections de 2011 soient jugés.

En ce qui concerne le dialogue, l’UDPS invite la communauté internationale à accélérer son organisation. « Considérant que chaque jour qui passe expose le pays au glissement, l’UDPS invite l’Union africaine, les Nations unies, l’Union européenne, l’Organisation Internationale de la Francophonie et les Etats-Unis à s’investir dans l’organisation du dialogue politique tant attendu ». Quant au scandale financier baptisé « Panama Papers », le parti d’Etienne Tshisekedi se dit profondément préoccupé par les révélations de la presse internationale, car des personnalités congolaises sont également citées. D’où, il exige les autorités compétentes diligentent des enquêtes profondes et sérieuses pour débusquer les affameurs du peuple congolais mais aussi des expatriés véreux qui, sous prétexte de venir investir au pays, se livrent au pillage de ses ressources naturelles, pendant que la majorité silencieuse continue de vivre dans des conditions infernales.

«L’Udps souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que les responsables de ces crimes économiques subissent la rigueur des lois nationales et internationales », souligne Mavungu. S’agissant de la présentation d’un candidat unique de l’opposition à la présidentielle de novembre 2016, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social déclare ne pas être concernée par la question. Elle rappelle, à ce sujet, qu’Etienne Tshisekedi avait remporté l’élection présidentielle de 2011 sans savoir noué une quelconque alliance avec qui que ce soit. Par conséquent, le parti désignera son candidat à la présidentielle à l’issue de son congrès, dont la tenue est imminente.
Dom