Palais du peuple : magouille autour des listes

0
43

Zemanta Related Posts ThumbnailC’est dans un climat agité que la première plénière des Concertations nationales consacrée à l’adoption du règlement intérieur a démarré  hier lundi 9 septembre dans la salle des Congrès du Palais du peuple. Certains chefs des organisations de la société civile ont été à la base d’une grande cacophonie en tripatouillant les quotas de représentation de cette composante.

Dans cette confusion, de nombreux membres de la société civile de Kinshasa se sont retrouvés sur les listes des délégués des provinces. Le dédoublement de plusieurs organisations des « forces vives » a jeté un terrible discrédit sur cette « composante ».

Les chefs coutumiers Teke Umbu ont  de leur côté dénoncé, dans une pétition adressée au présidium, la présence de faux chefs coutumiers dans leur délégation.  

Le secteur des  mésdias n’a pas été épargné par cet imbroglio des listes à cause de plusieurs centres de décision des corporations chargés  de confectionner les listes des délégués.

Pour remettre de l’ordre dans la boutique, le présidium  des concertations a exigé, par la bouche d’Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, une nouvelle identification pour détecter les « faux têtes » qui s’invitent souvent dans de ce genre de fora.

A ce sujet, le secrétariat technique a lancé au stade des Martyrs  une nouvelle opération de capture afin de redistribuer de nouveaux badges suite au piratage opéré sur les premiers.

            Concernant le point sur le règlement intérieur inscrit à l’ordre du jour de cette première plénière, celle-ci l’a adopté sans débat, après sa lecture article par article  par un membre du Secrétariat technique.

Cette manière de faire n’a pas été digérée par le patron du FONUS, Joseph Olengankoy, qui a été interdit de parole par le président du Sénat, Léon Kengo, membre du présidium des concertations nationales.

            Certains acteurs politiques de l’opposition, à l’instar de Corneille Mulumba, ont parlé de passage en force du règlement intérieur rédigé par le Groupe de contact. Delly Sessanga, qui n’est pas de cet avis, a fait savoir que ce règlement intérieur était le fruit d’un consensus entre composantes au sein du Groupe de contact.

Aussitôt après l’adoption de ce règlement intérieur, le président du Sénat a repris la parole pour éclairer la religion des concertateurs et à travers eux toute l’opinion  sur les deux  points contenus dans le discours prononcé par le Chef de l’Etat le samedi 7 septembre, à l’occasion de l’ouverture officielle des travaux, notamment la grâce présidentielle et l’amnistie générale.

             Kengo a annoncé que le présidium prendra contact dans un avenir très proche avec le chef du gouvernement, Matata,  pour entamer les démarches relatives à l’obtention de la grâce présidentielle en faveur des certains prisonniers politiques.

Pour l’amnistie, ce Procureur Général de la république honoraire a précisé que conformément à la Constitution, le Parlement proposera à sa prochaine session une loi y relative à soumettre au chef de l’Etat.

            Avant de la suspension de la séance, le président de l’Assemblée nationale a informé la plénière sur les sites choisis pour abriter les Etats généraux des concertations nationales. Il s’agit de la salle des conférences du Sénat, de la salle de spectacles du Palais du peuple, de l’hôtel Invest, de l’ôtel Le Royal et de l’hôtel Africana Palace.

ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*