Originaire de la RDC : Guillaume Ngefa, nouveau Directeur des Droits de l’Homme à la Minusma

0
660

guyllaume ngefaGuillaume Ngefa Andali, originaire de la République Démocratique du Congo (RDC), a pris la direction de la Division des Droits de l’Homme à la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). Il portera aussi la casquette du Représentant de la Haut – Commissaire aux droits de l’homme.  

C’est  un technocrate maîtrisant les réalités de la sous-région de l’Afrique de Ouest – il a travaillé pendant dix ans en Côte d’Ivoire en qualité de Directeur adjoint de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) – qui a la charge de monitorer les droits humains au Mali.  Comme au pays de Félix Houphouët Boigny, il est appelé à œuvrer dans un environnement difficile, où les séquelles des divisions restent encore vivaces au sein des populations du Nord.

On rappelle qu’en Côte d’Ivoire, cet activiste des droits de l’homme, aujourd’hui fonctionnaire onusien, très attaché à la dignité humaine, avait conduit avec succès plusieurs enquêtes en rapport avec les actes de violences sur des personnes vulnérables, notamment des enfants et des femmes. Très attentif aux différents cas qui lui étaient soumis, Guillaume Ngefa ne ménageait aucun effort pour tordre le cou aux cas d’impunité.

La protection des civils et essentiellement des minorités et des déplacés était son cheval de bataille. Pour ce faire, il ne se lassait pas de mener des campagnes de sensibilisation auprès des autorités locales et nationales.

Qui n’avait pas entendu, sur les antennes de Radio France Internationale (RFI), la voix de Guillaume Ngefa pendant la crise postélectorale qui avait déchiré la Côte d’Ivoire, dans le but d’attirer l’attention de la communauté internationale sur des crimes qui se commettaient dans ce pays, jadis un oasis de la paix ?

 Ami des acteurs de la Société civile ivoirienne

Les acteurs de la Société civile de la Côte d’Ivoire, spécialement ceux qui opèrent au sein des ONG de défense des Droits de l’Homme, ne regretteront pas le passage de ce fonctionnaire des Nations Unies dans leur pays. Car, nombre d’entre eux témoignent avoir reçu de la part de la Division Droits de l’Homme de l’ONUCI un appui conséquent pour renforcer leurs capacités. Guillaume Ngefa restera un ami de la Côte d’Ivoire pour avoir contribué à la promotion et au respect des droits de l’homme, par son implication et ses actions. Ils lui ont témoigné leur reconnaissance au mois d’août 2013, au cours d’une réception organisée en son honneur.

On lui a reconnu du reste la création de plusieurs plateformes, lors d’un hommage public lui rendu devant plusieurs personnalités.

 « Vieux » défenseur des droits humains

C’est depuis plus d’un quart de siècle, en pleine dictature de Mobutu, que Guillaume Ngefa milite pour la promotion des droits de l’homme. En 1990, avec un groupe d’amis, ils créaient l’Association Zaïroise des Droits de l’Homme (AZADHO, aujourd’hui ASADHO). C’est cette organisation qui avait dénoncé les massacres des étudiants survenus en mai 1991 sur le campus de l’Université de Lubumbashi, en RDC.  L’AZADHO a joué un rôle clef dans les dénonciations des violations des droits humains à travers l’ex-Zaïre. Parti du pays après la chute du régime Mobutu, Guillaume Ngefa continue d’être au four et au moulin, pour la promotion des droits de l’homme et de la paix à travers le monde.

Kimp

LEAVE A REPLY

*