Un ordre des informaticiens du Congo en gestation

3
312

informaticiensLa salle Universitic de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées (ISTA en sigle), a servi de cadre le samedi 01 novembre 2014, à la présentation de la corporation dénommée «Ordre des informaticiens du Congo » (OICO en sigle).    

         Selon le président de cette plateforme, l’Ordre des Informaticiens a pour vocation d’œuvrer en parfaite intelligence avec le gouvernement, les sociétés tant privées que publiques, les centres de formation, universités ainsi que les instituts, pour vulgariser, protéger et assurer la promotion de l’informatique au Congo.

            En plus, précise-t-il, l’idée de concevoir cette structure part du fait que n’importe qui s’improvise informaticien en RDC, simplement parce que ce dernier sait  implémenter le système informatique ou a suivi une formation de quelques mois. Pourtant, un informaticien est celui qui a suivi des études associées à l’informatique selon les normes requises. D’où l’importance de se doter d’un ordre qui régit ce secteur (comme les médecins, avocats, etc.), afin de cerner de façon précise qui est informaticien et qui ne l’est pas.

            Par ailleurs, le président de l’OICO a indiqué que ladite plateforme se veut également un conseil technique auprès du gouvernement, en menant des analyses et réflexions sur les avantages que peut offrir l’utilisation de l’informatique et de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) en RDC. D’après lui, cette démarche pourra ainsi permettre de dégager des pistes de solutions pour réduire l’inégalité d’accès aux technologies numériques.

Bref aperçu sur

l’ingénieur civil sous d’autres cieux

Prenant à son tour la parole, Pierre Kasengedia Motumbe,  Directeur Général de l’ISTA et 3ème vice-président de l’OICO, a tout d’abord précisé que le titre d’ingénieur civil est protégé par la loi dans certains pays, tels que la Belgique dont RDC est héritières du système éducatif.

            Selon le processus de Pologne, dont le système LMD auquel la RDC tend à s’arrimer, la formation d’ingénieur civil  comporte 5 années d’études dont 3 années de licence et 2 années de maîtrise. « Les trois années de licence constituent le 1er cycle et le 2ème pour 2 années de maitrise. La réussite des études de base du premier cycle confère le grade académique de licencié tandis que celle des études de base du 2° cycle confère le grade académique d’ingénieur civil », a-t-il précisé. D’où, il a exprimé le vœu de voir les informaticiens du Congo se doter d’un ordre,  afin que ce secteur soit aussi organisé autrement, comme cela se fait sous d’autres cieux.

            Profitant de cette occasion, Pierre Kasengedia a fait savoir que pour redonner une nouvelle image à son institut, l’ISTA s’est attelé à l’assainissement de l’environnement et de la mentalité, à telle enseigne qu’il commence de plus en plus à être fréquentable suite aux efforts internes et externes. Il a aussi rappelé quelques réalisations faites par son comité de gestion telles que la création d’un centre de recherches en énergies renouvelables, dont le rôle sera la conception des solutions d’électrification du milieu rural, en se basant sur l’énergie solaire, hydroélectrique et la biomasse. Il y a aussi la création d’un centre d’étude et test de conformité de foyer (bambola améliorés pouvant lutter contre la déforestation et la pollution), etc.

            Il sied de noter que la sortie officielle des informaticiens du Congo interviendra le 14 novembre 2014.

Perside Diawaku

3 COMMENTS

  1. Messieurs que le bon Dieu vous garde et vous éclaire dans la charge combien difficile en début avec beaucoup d’ouverture embrouillée.

    Encore merci pensez aussi à ma ville de kipushi au Katanga. Je suis aussi un ancien de l’ISC/Lubumbashi.

  2. je suis tout à fait d’accord et je serai près à m’intégrer à fond dans le but de la valeur que peut avoir un informaticien en RDC.

LEAVE A REPLY

*