Les opérateurs économiques appelés à payer l’Etat dans la monnaie de la transaction

0
97

Les opérateurs économiques œuvrant en République Démocratique du Congo vont désormais payer les droits, impôts taxes et redevances dus au Trésor Public dans la monnaie ayant fait l’objet de la transaction. C’est la nouvelle mesure prise par le gouvernement congolais par le biais du ministre d’Etat en charge de l’Economie nationale, Joseph Kapika, depuis ce mardi 26 septembre 2017, dans le souci de permettre
à l’Etat de disposer  des moyens de paiement en devises étrangères.
Joseph Kapika a communiqué cette nouvelle disposition aux concernés
au cours de la réunion du Comité de suivi des prix des produits de
première nécessité qui a réuni, le mercredi 27 septembre 2017 à son
cabinet, d’une part, les experts des régies financières, et d’autre
part, les opérateurs économiques membres de la FEC  (Fédération des
Entreprises du Congo), COPEMECO (Confédération des Petites et Moyennes
Entreprises Congolaises) et la FENAPEC (Fédération Nationale  de
l’Artisanat, Petites et Moyennes Entreprises du Congo).
« A l’issue des contrôles des prix lancés il y a peu, li a été
constaté que les opérateurs économiques détiennent deux livres de
caisse et deux livres de banque. Ils perçoivent l’argent soit en
monnaie locale ou en devise. A l’occasion de ces transactions, il y a
des impôts et taxes de l’Etat qui sont compris dans le coût de la
facture, qu’il s’agisse des ventes en FC ou en devise. Ainsi, je
demande à tous les opérateurs de verser pour le compte du trésor
public ce qui revient à l’Etat en monnaie de la transaction » a
déclaré le ministre Joseph Kapika.
Il a indiqué par ailleurs que d’autres contrôles économiques sont
prévus à partir du 30 novembre 2017 pour veiller au respect de la
nouvelle disposition.
Il sied de relever qu’il était question pour le ministre de
l’Economie, par la tenue de cette réunion, de communiquer à ses
interlocuteurs les mesures de redynamisation des activités de ce
Comité au regard des enjeux de l’heure. L’on signale que cette
commission mise en place depuis quelques années et qui a connu une
certaine léthargie quant à ses activités, a un rôle important à jouer
dans les stratégies de la baisse des prix des produits de première
nécessité pour maintenir la stabilité du pouvoir d’achat des
consommateurs. Cette dernière doit veiller et mettre en place les
mesures nécessaires pour faire baisser les prix des produits de
première nécessité en RDC et de dénicher ceux qui coutent cher par
rapport au pouvoir d’achat de la population.
Par la même occasion, Joseph Kapika a échangé avec ses interlocuteurs
sur la stabilisation du taux de change, sur les efforts du
gouvernement pour faire revenir  à la normale les prix sur le marché
et sur les mesures à prendre à l’approche des festivités de fin
d’années pour qu’il n’y ait pas rupture de stock des produits de
première nécessité ni surenchère en ce qui concerne les prix. Etant
donné que ledit Comité s’est engagé dans la voie de les surveiller et
de les maitriser.
Nsiku Socrate, représentant de la COPEMECO, a salué l’initiative du
ministre de l’Economie au regard du rôle que le Comité est appelé à
jouer suite à la situation de surchauffe constatée sur le marché quant
à la dépréciation de la monnaie et l’instabilité du taux de change par
rapport aux devises. Choses qui impactent négativement sur le pouvoir
d’achat de la population.

Myriam Iragi