OLPA indigné par les mauvais traitements infligés à une journaliste à Kinshasa

0
37

 

Kinshasa, le 21 novembre 2012. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, est indigné par les mauvais traitements infligés à Dorcas Somwe, journaliste au quotidien le Phare, paraissant à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Dorcas Somwe a été interpellée, le 21 novembre 2012, sur le site de l’Université de Kinshasa (Unikin) par un groupe de policiers qui l’a frappé brutalement après avoir confisqué ses effets. C’était au moment où la journaliste effectuait un reportage sur un rassemblement des étudiants de l’Université de Kinshasa qui protestaient contre la chute de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu, tombée entre les mains des forces rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), le 20 novembre dernier.

La police reproche à la journaliste le fait d’avoir écrit dans son carnet le surnom de l’officier de police qui conduisait l’opération de dispersion d’étudiants. Après avoir été soumise à une bastonnade, la journaliste a été ensuite embarquée dans une jeep piétinée par les policiers sur un long parcours jusqu’au bureau du District de la police de Mont-Amba dans la commune de Matete. Après plus de trois heures de détention, la journaliste a entendu sur procès-verbal puis remise en liberté.

Eu égard à ce qui précède, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique condamne cette attitude inouïe des agents de la Police nationale congolaise qui ont empêché la journaliste de faire correctement son travail. Il s’agit d’une violation grave de la liberté de la presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

En conséquence, OLPA exige des mesures disciplinaires à l’encontre de ces agents de police qui se détournent de leur mission pour perpétrer des actes attentatoires aux libertés fondamentales.

Enfin, OLPA demande aux autorités congolaises de favoriser l’exercice de la liberté de presse sur toute l’étendue du pays.

LEAVE A REPLY

*