Odette Gema édifiée par le travail de l’OCC

0
61
 « Nous avons été édifiés sur l’importance du travail que réalise l’Office Congolais de Contrôle (OCC). Nous souhaitons pleins succès à ses dirigeants ». C’est par ces mots que Mme Odette Gema, présidente de la Chambre de commerce belgo-congolaise et luxembourgeoise, a honoré le livre d’or de l’OCC, à l’issue de la visite hier mardi 26 juin, d’une délégation de cette chambre au laboratoire de l’OCC sur l’avenue Flambeau, dans la commune de la Gombe.
Le directeur général de l’OCC, Albert Kasongo, avait fait le déplacement du laboratoire de l’OCC pour rencontrer la délégation de plus ou moins une trentaine de membres. La visite de cette chambre s’inscrivait dans le cadre d’un programme des visites des entreprises et services de l’Etat initié par la chambre. Après le mot de bienvenue du DG, la présidente de la chambre de commerce a présenté le but de la visite dans ce laboratoire. « La Banque mondiale avait lancé des consultations pour sa stratégie-pays, car elle voudrait accompagner le pays pour booster la croissance, a-t-elle dit. Que faire pour aider le pays à se développer ? Quelles sont les contraintes ? Beaucoup de problèmes se posent, y compris des tracasseries. Il fallait identifier les barrières techniques. L’OCC était parmi les barrières techniques au niveau des frontières. La chambre de commerce estime que l’OCC ne pouvait pas apparaître comme une barrière, il doit être un des services qui accompagnent les opérateurs économiques à se développer.
 
Le DG de l’OCC a alors repris la parole pour dire que dans leur système de management, il y a l’écoute du client dans le cadre de l’environnement des affaires. Il a informé la délégation que l’OCC et d’autres services sont en train de finaliser un outil important : c’est le guichet unique intégré.  «Cet outil va fédérer plusieurs services et pour éviter une guerre de leadership, un service privé va diriger ce service et les différents services concernés par l’outil seront des administrateurs. De ces tracasseries, nous en souffrons aussi, a fait remarquer le DG. On est en train de mettre au point des outils informatiques de manière à ce que l’opérateur économique soit maître du dédouanement de ses marchandises. Nous sommes en train de travailler et d’ici la fin de l’année tout sera au point pour la facilitation des transactions au niveau des frontières ». 
 
Dans son mot de bienvenue, le DG Albert Kasongo a exprimé sa satisfaction de voir cette délégation visiter l’OCC qui est en pleine transformation. « L’OCC a aujourd’hui 35 ans depuis sa fondation, mais depuis bientôt trois ans, il a un programme ambitieux pour obtenir l’accréditation. Depuis l’année passée, nous avons l’accréditation avec la métrologie. Selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’accréditation sera obligatoire et non volontaire. Nous allons faire de l’OCC un laboratoire de dimension internationale. Aujourd’hui, nous allons vous ouvrir les portes de notre laboratoire qui, demain, ne sera plus ce que vous allez voir. C’est un défi majeur que nous allons relever », a dit le DG.
Dans sa visite des installations du laboratoire de l’OCC, la délégation a été guidée par Mme Antoinette Kabamba Nsanga, directeur chef de département de laboratoire. Reprenant l’expression de barrière technique employée par la présidente de la Chambre de commerce belgo-congolaise-luxembourgeoise, Antoinette Kabamba a déclaré que « la barrière autorisée, c’est le respect des normes. Et pour avoir le respect des normes, l’OCC doit connaître les données extrinsèques et intrinsèques d’un produit qui entre dans le pays afin de connaître sa qualité ».
 
Le directeur chef de département de laboratoire a signalé qu’avec ses 23 laboratoires installés dans le pays, l’OCC a pour mission de déterminer la qualité des produits. L’ambition de l’OCC, a-t-elle dit, est d’être le support de développement économique du pays, être reconnu comme un laboratoire de référence en Rd Congo et cela passe par l’accréditation. Pour le laboratoire moderne de l’OCC, elle a indiqué que les études ont été réalisées par les français mais ce sont des belges qui vont le construire. 
 
Jean- René Bompolonga 

LEAVE A REPLY

*