Objectifs du Millénaire pour le Développement : Matata « Les résultats affichés par la RDC démontrent, si besoin il en était, qu’il y a plus à croire en des lendemains meilleurs qu’à craindre l’ombre d’un brouillard »

0
136

ecole-Matata-copyLa salle des réunions du nouvel Hôtel du gouvernement a refusé du monde hier à l’occasion de la présentation officielle du Rapport OMD ou Objectif du Millénaire de Développement 2000-2015 retraçant des progrès accomplis par la République Démocratique du Congo dans ce domaine. Devant un parterre des membres du gouvernement, des directeurs généraux des entreprises commerciales, des ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques accréditées en RDC, des experts ayant été conviés à l’élaboration de ce document ainsi que des représentants des organisations internationales du système des Nations-Unies. L’honneur a échu au Premier Ministre et chef du gouvernement de présider cette cérémonie.

Réaliste et non complaisant, Matata Ponyo a reconnu que « la RDC n’a pas atteint de moitié l’objectif ultime de la réduction de la pauvreté mais par contre des progrès réalisés demandent à être salués, eu égard à son contexte politico-sécuritaire préoccupant des années 1990-2000.Car les ressources devant financer le développement et la lutte contre la pauvreté ont souvent été évincés par les dépenses sécuritaires. Le gouvernement s’est ainsi constamment retrouvé dans une situation où les besoins à assouvir étaient de loin supérieurs aux moyens rendus disponibles par l’espace budgétaire national. Et cela, malgré l’accroissement de l’aide extérieure durant ces dernières années ».

            Le Premier ministre a surtout noté que la RDC a été comptée parmi les pays pilotes bénéficiaires du cadre d’accélération des OMD et signataires du partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement ainsi que parmi les 5 pays du New Deal pour l’engagement international en faveur des Etats fragiles.

            C’est ainsi « qu’en dépit des problèmes de parcours, c’est sur une note d’espoir que s’achève la période  de mise en œuvre des OMD. Les résultats affichés par la RDC démontrent, si besoin il en était, qu’il y a plus à croire en des lendemains meilleurs qu’à craindre l’ombre d’un brouillard ».

            Et pour bien expliciter sa pensée, Matata Ponyo est convaincu que, grâce à la mise en œuvre réussie du Plan national stratégique de développement en cours d’élaboration, la RDC devrait à l’horizon 2020 devenir un  pays à revenu intermédiaire sur fond de transformation de son agriculture, un pays émergent en 2030 grâce à une industrialisation intensive de son économie et enfin un pays développé vers 2050 du fait de la création d’une société basée sur la diffusion du savoir et des connaissances, telle est la vision du président de la République depuis le début de cette décennie 2000.

            Pour cela, le gouvernement de la République, sous l’impulsion du chef de l’Etat, a conjugué des efforts remarquables pour stabiliser et normaliser la situation politico-sécuritaire qui avait une incidence négative sur le fonctionnement de l’économie et la qualité de la vie menée par ses habitants. Il s’est aussi évertué à mettre un terme aux déséquilibres macroéconomiques qui se sont installés durant la décennie 1990, ce qui lui a permis de relancer l’activité de production, consolider la croissance et améliorer ses effets distributionnels pour faire reculer la pauvreté de moitié et avancer le développement comme convenu dans la Déclaration du millénaire.

Georges Wembi salue les résultats enregistrés

 

            Pour sa part, saluant le caractère courageux et ambitieux des réformes socio-économiques mises en œuvre par le gouvernement, le ministre du Plan et du Suivi de la Révolution de la modernité, Georges Wembi Lwambo, est d’avis que « les résultats encourageants enregistrés à ce jour particulièrement dans les secteurs de l’éducation (OMD) et de la Santé (OMD 4,5,6) permettront d’assurer l’éducation primaire pour tous, la bonne santé de la mère et de l’enfant, d’améliorer considérablement l’environnement social et de préparer les jeunes congolais bien formés et en bonne santé à s’impliquer dans le travail de développement durable de notre cher pays ».

             Cela a été rendu possible parce qu’au terme des quinze années écoulées, le pays a établi un bilan qui démontre d’une part le chemin parcouru et d’autre part l’expérience acquise ainsi que la quintessence des objectifs de développement durable qui justifient la révolution de la modernité avec lequel le ministère du Plan aborde le passage des OMD vers les ODD. Il a promis que son ministère entamera la seconde phase de mise en œuvre pour créer les conditions de rattrapage du retard et d’accélérer le développement durable, gages de l’émergence de la RDC.

            Mon ministère va mettre sur pied dans les prochaines semaines une équipe chargée de la traduction du Rapport National OMD 2015 dans les quatre langues en vue de sa vulgarisation à travers tout le territoire national.  Il va pousser les réformes statistiques en renforçant les capacités de l’Institut National de la Statistique, en accélérant les actions nécessaires au démarrage de la première phase du Recensement Général de la population et de l’Habitat, en finalisant l’enquête QUIBB et les pourparlers avec l’UNICEF pour la réalisation de l’enquête MICS en 2016. L’on va accélérer le travail d’élaboration du Plan National Stratégique de Développement en intégrant les Objectifs de Développement durable. Une telle synergie gagnante, a-t-il signalé, permettra d’accroitre les chances de succès de la  réalisation de la vision du chef de l’Etat à travers la révolution de la modernité.

Le premier intervenant, à savoir Mamadou P. Diallo, coordonnateur résident du Système des Nations-Unies a vanté les progrès significatifs dans plusieurs domaines, notamment en matière du taux net de scolarisation au niveau de l’école primaire, de l’indice de parité des genres dans la scolarisation primaire, de la proportion d’enfants d’un an vaccinés contre la rougeole, de la proportion d’accouchements assistés par un personnel de qualité, du taux de prévalence du VIH/SIDA et de la proportion d’enfants de moins de cinq ans qui dorment sous des moustiquaires imprégnées. Le Système des Nations-Unies réitère son engagement à soutenir les efforts du gouvernement pour réussir la réalisation effective de ce nouvel agenda international de développement.

F.M.