Nyunzu : un député accuse la Monusco…Minaku calme le jeu

0
83

minakuUn député de la Majorité a, dans une motion d’information livrée hier à la plénière de l’Assemblée Nationale,  accusé la Monusco d’être derrière des pygmées et des Interhamwe qui ont déclenché les hostilités contre les FARDC à Nyunzu, et massacré au moins 30 civils. A l’en croire, l’armée nationale serait en grande difficulté face à la coalition des « forces négatives » appuyées par les troupes onusiennes. Il a tenu à attirer l’attention de tous sur le fait que pendant que l’Opposition s’attardait sur de futilités au Palais du peuple, une situation dramatique était en train de se développer dans une partie de la province du Katanga.

 Réagissant aux graves accusations portées par un élu du peuple contre la Monusco, Aubin Minaku, président de l’Assemblée Nationale, a refusé de souscrire à sa version, en raison de l’absence des preuves fiables de la participation des troupes onusiennes à une opération de perturbation de la paix et de la sécurité à l’intérieur des frontières nationales. Le patron de la Chambre basse du Parlement a fustigé la légèreté avec laquelle un député s’est permis d’impliquer la Monusco dans une situation trouble dont personne ne maîtrise les contours. Il a regretté, au passage, d’avoir accepté une motion de nature à créer la confusion dans les esprits. Il a toutefois promis de saisir les instances politiques et militaires compétentes en vue de tirer la situation au clair.

Face à ce type de motion d’information, l’opinion est en droit de s’interroger sur le degré de maturité politique de certains parlementaires. Pour le cas d’espèce, le député qui s’est permis de diaboliser la Monusco aurait dû réunir, au préalable, toutes les données relatives aux conflits armés récurrents entre pygmées et autochtones à Nyunzu, Pweto et d’autres territoires du Katanga avant de monter à la tribune de l’hémicycle de Lingwala. Tout le monde conviendra qu’au regard de sa puissance de feu, de sa mobilité et de sa logistique, si la Monusco passait du côté des ennemis de la paix dans n’importe quelle contrée du Nord, du Centre, du Sud ou de l’Est de la RDC, cela remettrait terriblement en cause tous les efforts déployés jusqu’ici pour la pacification et la stabilisation du pays.

                                 Kimp