Nyerere ou modèle d’éthique en politique

0
306
Le nouveau Président de la République de Tanzanie , MAGIFULLI,a été intronisé le week-end dernier au terme d’élections générales exemplaires, même si sur l’île de Zanzibar, les résultats ont été contestés. Mais, il faut reconnaître que depuis 1985, date du départ du Président Julius Nyerere du pouvoir, les élections sont organisées régulièrement dans ce pays et chaque Président se retire après son deuxième mandat. Certes, chaque pays a ses traditions et mœurs politiques. On ne peut s’empêcher de constater que la Tanzanie, pour sa part, a hérité d’une grande stabilité mais aussi d’une culture de tolérance et de respect des institutions de l’époque de Nyerere, dont le monde a célébré le 14 octobre le 16ème anniversaire de la disparition  et  les 93 ans d’âge qu’il aurait eus s’il était encore parmi nous. Né le 14 octobre 1922, il est le père de la Tanzanie moderne et l’artisan da la politique socialiste dite « ujamaa » pratiquée dans ce pays pendant plus de trois décennies.
Il nous a semblé intéressant de consacrer, en ce moment, un article à un  homme dont la vie s’est confondue avec l’histoire de son pays, voisin du nôtre, qui a accueilli  des milliers de Congolais. Le Président Joseph Kabila figurait d’ailleurs parmi les invités de marque de la cérémonie d’intronisation du nouveau Président, issu lui aussi du parti majoritaire, le Chama cha mapinduzi.(CCM)
De nombreux ouvrages écrits en swahili et en anglais par Nyerere éclairent son action politique et nous nourrissent de sa longue et riche expérience politique.  Acteur politique majeur et engagé, penseur et homme des lettres, il est un géant, une figure de proue parmi les plus emblématiques qu’ait connues l’Afrique du 20ème siècle. Diplômé d’histoire et d’économie de l’université d’Edimbourg en 1952, ce fils de chef, se consacre  à l’âge de trente  ans, à l’enseignement, près  de Dar-es Salam, tout en  menant  d’intenses activités politiques.
En 1946, il adhère à la Tanganyika african association (TAA), une association créée en 1929  ,dont il est élu  président en 1953. Il  démissionne de son poste de professeur pour se consacrer entièrement à la politique. Par respect à cet homme qui ne se départira jamais du souci de communiquer et d’enseigner aux masses, le peuple tanzanien lui a collé à vie la dénomination de « mwalimu », le maître, le professeur. A  l’époque,  la TAA regroupe diverses petites associations africaines de caractère ethnique, coopératif, professionnel ou simplement culturel. Ce mouvement sert de lien entre les organisations rurales et tribales d’une part, et les centres urbains, plus ou moins détribalisés, notamment des employés et des instituteurs formant le noyau de l’élite du Tanganyika de l’époque .Nyerere comprend très vite le rôle qu’il peut faire jouer à cette structure dans le combat qu’il mène pour l’émancipation du pays en lui donnant une orientation plus politique.Il réussit à transformer  la TAA le 7 juillet 1954 en parti politique. La Tanganyika african national union( Tanu) est née.
            Sous son impulsion, les fondateurs du parti proclament leur volonté  de préparer le peuple à l’indépendance.  La TANU milite aussi en faveur de la création d’une fédération avec le Kenya et l’Ouganda, montrant dès sa création son engagement en faveur de l’intégration africaine.
La consolidation de la Tanu
            La propagande efficace du parti-avec ses mots d’ordre lancés en swahili – gagne rapidement la grande majorité des villages, inlassablement parcourus par Nyerere.
            Des élections organisées en septembre 1960 lui donnent 70 sièges sur un total de 71 sièges à pourvoir. L’autonomie interne est acquise le 1er mai 1961. Le 9 décembre Nyerere devient premier ministre. La république est proclamée en décembre 1962, et Julius Nyerere accède à la magistrature suprême.
Un révolutionnaire bien élevé ?
            A côté d’un Nkrumah, d’un Nasser et même d’un Jomo Kenyatta, Nyerere faisait  figure d’un petit bourgeois modèle, ou dans les meilleurs des cas ,d’un « révolutionnaire bien élevé. » Il a certes dirigé la lutte de libération nationale, mais en évitant toute effusion de sang.
Aussi, personne ne croyait que Nyerere pouvait ébranler, même progressivement l’échafaudage des structures politiques et économique  mis en place par les Allemands et les Anglais, pendant plus d’un demi siècle.
            En 1962, la pauvreté croissante de son pays, les tensions politiques et sociales le convainquent que seul le parti unique et une voie socialiste de développement, sont susceptibles d’arracher son pays du cercle vicieux de la faim, de l’ignorance et de la maladie.
            Le 24 avril 1964, il signe un accord de fusion avec  Zanzibar dont les dirigeants viennent de déposer le prince arabe, d’Oman, qui était à la tête de l’île.
            La mutinerie militaire au cours de la même année 1964 – encouragée par l’opposition et les syndicats – lui donne une conscience plus aiguë de la contradiction entre le sous-développement et la pratique de démocratie à l’occidentale. Sa pensée se radicalise au contact des réalités. Certains analystes mettent en cause  l’influence des jeunes marxistes de son parti, et d’autres encore y décèlent l’influence chinoise, de la Chine de Mao..
Le socialisme africain : ujamaa
            Nyerere est le théoricien de l’ujamaa qui désigne le socialisme tanzanien. Kisocialismi qui serait la traduction fidèle du mot socialisme en swahili a été écartée à dessein pour marquer l’originalité de la doctrine « ujamaa » qui réalise une synthèse du socialisme moderne et du communautarisme traditionnel africain.
1)« Esprit de famille » ou « fraternité »
Le socialisme traditionnel est fondé sur la famille. Jamaa signifie famille, Ujamaa se traduirait littéralement par « sens de la famille ».
            Pour Nyerere, le socialiste africain est celui qui élargit la notion traditionnelle de la famille et considère « tous les hommes comme ses frères, comme les membres de se famille étendue à l’infini ».
            Cette vision de la solidarité universelle est reprise par la charte de la Tanu : «  Je crois en la fraternité des hommes et à l’unité de l’Afrique » (3).
2) La propriété : dans la société traditionnelle décrite par Nyerere, la propriété privée existe. Il y a des « riches » et des « pauvres ». Alors comment parler dans ces conditions de société socialiste ? C’est que pour Nyerere des années 1960, le socialisme ne se définit pas par la possession ou la non possession des richesses. « Un millionnaire peut également bien être socialiste, il peut n’accorder à ses biens comme seule valeur que l’usage qu’il peut en faire pour servir ses semblables.
            Pas naïf, Nyerere met lui-même en exergue la contradiction entre le socialisme et l’accumulation individuelle des richesses. « …un millionnaire socialiste est un phénomène rare. En fait, c’est presque une contradiction dans les termes »  et un peu plus loin, il remarque « que les richesses ont tendance à corrompre ceux qui les possèdent. »
3) La question du travail Nyerere accorde au travail la prépondérance sur les autres facteurs de production. « Ni la terre, ni la houe ne produisent vraiment les biens, par contre la hache et la charrue sont les créations du travailleur .»
            Un des grands mérites de la société traditionnelle est d’avoir réussi à faire de chaque membre de la société un travailleur, et d’avoir évité l’exploitation d’un groupe par un autre. Le mot « travailleur » n’est pas opposé seulement à l’exploiteur, à l’employeur mais également au chômeur, à l’oisif.
Sa vision du socialisme exclut tout parasitisme : » « mgeni siku moja,siku ya tatu mpe jembe, » en français « traite ton invité en hôte le premier jour.Donne lui une houe le troisième jour »
 La déclaration d’Arusha
            La Déclaration d’Arusha publiée en avril 1967 est le document le plus important de la vie politique tanzanienne. C’est un exposé idéologique qui définit les principes de développement et les voies de transition vers une société socialiste.
Elle s’inspire des écrits de Nyerere et de l’expérience concrètement vécue par le pays depuis son indépendance.
1) L’option socialiste
Cette partie insiste sur l’absence d’exploitation de l’homme par l’homme dans une société socialiste, dont la population doit être composée de paysans et de travailleurs. Personne ne vit du travail d’autrui et chaque travailleur perçoit la juste part de ses efforts.
La société intervient pour procurer du travail à tous ses membres et pour limiter les différences de revenus et les inégalités. Les infirmes, les enfants et les vieillards ainsi que ceux à qui l’Etat a été incapable de fournir du travail ont le droit de vivre sur le travail d’autrui.
            Les dirigeants politiques ne posséderont ni participation dans les entreprises ni immeubles en location et se contentent d’un seul traitement. La Déclaration attache une grande importance à la qualité morale de la direction politique du pays.
2) Self-Reliance (Politique d’indépendance )
Le Self-Reliance littéralement confiance en soi-implique que le développement du pays dépende d’abord de ses propres ressources, c’est-à-dire la terre et les hommes. Une politique de développement qui accorde la priorité à l’industrialisation est condamnée à l’échec par l’insuffisance des capitaux, en même temps qu’elle marginalise les 90% de la population occupée dans l’agriculture.
3.Les villages Ujamaa
            L’expérience des villages Ujamaa découle des déboires causés par la mécanisation des villages et des idéaux socialistes énoncés dans l’Ujamaa de Nyerere et repris dans la Déclaration d’Arusha. Cette Déclaration dénonçait la misère croissante des campagnes malgré ou à cause de crédits excessifs consacrés à leur modernisation. La grande partie de ces crédits était destinée à des exploitations agricoles relativement modernes et tournées vers l’exportation, tandis que le secteur traditionnel était abandonné à lui-même.
            Nyerere a reproché à son Gouvernement d’avoir pensé le développement en termes de chose : «  nous ne pensions, déplora-t-il, qu’en termes d’investissements monétaires… pour transformer la vie des gens ; mis eux-mêmes au second plan. »
            La création des villages Ujamaa vise à corriger ces erreurs en regroupant les paysans et les villages afin de rentabiliser les investissements  orientés aussi bien vers la production que vers la satisfaction des besoins de base tels que l’eau, les écoles, les services de santé…
4.Organisation et principes de fonctionnement des villages Ujamaa.
– Le village ujamaa est d’abord une association volontaire dont la formation dépend des initiatives des paysans eux-mêmes.
–           Le deuxième principe des villages ujamaa est la pratique de la démocratie. Nyerere voulait faire revivre dans ces petites collectivités une sorte de démocratie directe, à l’image de la démocratie traditionnelle qu’il a décrite dans son livre « Ujamaa ».
– Le troisième principe qu’on peut dégager du fonctionnement des villages ujamaa est la progressivité. Le regroupement n’est pas suivi immédiatement de la collectivisation des terres et des tâches.  Chaque paysan garde un lopin de terre individuel à côté de la forme communautaire et il ne consacre qu’une partie de ses journées à l’exploitation de la ferme commune.
– En 1971, on compte 2.668 villages rassemblant 840.000 habitants, soit seulement les 6,3 % de la population. A peine une vingtaine de ces villages ont atteint le dernier stade de coopération. Des résultats remarquables sont constatés dans les domaines de la formation, des soins de santé, de distribution d’eau et d’autres services de base. Par contre l’expérience donne des résultats mitigés au niveau des investissements et de la croissance du PIB. Certains des dirigeants lorgnent déjà vers Washington. C’est ainsi que  dans les années 1985, la Tanzanie se résout-elle d’entrer  en programme avec le FMI et la Banque Mondiale. C’est quelque part un désaveu de la politique de Ujamaa fondée sur le socialisme et l’indépendance.
            Placé devant un véritable dilemme : empêcher ou cautionner  cette nouvelle politique économique. Nyerere, conscient des difficultés de son pays, préfère se retirer de la politique active. Sentant cette évolution inéluctable, il refuse de se présenter aux élections présidentielles qu’il est pourtant assuré de gagner !  Il demeurera  pendant quelques années à la tête du parti devenu CCM, « Chama cha mapinduzi» le parti de la révolution après sa fusion avec le parti unique de Zanzibar Afro-Shirazi.  Il est mort à Londres le 14 octobre 1999 laissant l’image d’un homme d’une grande probité morale et intellectuelle, doué d’un sens élevé d’éthique en politique,  totalement dévoué à la cause de son pays et de l’Afrique.  A aucun moment il ne s’est laissé tenté par le culte de la personnalité. A aucun moment, il n’a tenté de s’accrocher au pouvoir. En novembre 1985, Ali Hassan Mwinyi, musulman et originaire de l’île de Zanzibar, lui succède à la tête de l’Union et amorce le  virage de la politique économique vers le libéralisme cher aux Institutions de Bretton Woods. Après les élections de décembre 2005, c’est Jakaya  Kikwete qui devient le quatrième président de Tanzanie. Après deux mandats, ce dernier se prépare à passer le flambeau. Nyerere  a posé les bases d’un Etat démocratique  stable où les élections, à tous les niveaux, se déroulent de manière régulière et sans drames. En dépit d’une situation économique parfois difficile mais qui s’améliore, la Tanzanie exerce  une grande influence sur le Continent et en particulier dans les affaires de la région des Grands Lacs.
*Sénateur, ancien ministre des affaires étrangères de la RD Congo. Auteur d’un mémoire réalisé en 1973 sur « les fondements idéologiques de l’œuvre de Nyerere » à l’Université Libre de Bruxelles et d’un autre « Développement rural en Tanzanie » en 1974 pour un master en administration  publique, option finances de l’Université d’Anvers. 
 (Par Raymond Ramazani Baya)