Ntahwa-Lessie : le ministère Public accuse le bourgmestre de Kalamu de faux témoignage

0
55

94714211-300x1681L’instruction du vendredi 24 janvier 2014 à la Cour Militaire de Gombe (CMG), sur l’affaire d’escroquerie d’argent et des biens par le prévenu Denis Lessie et ses co-accusés à savoir Okunhimo Mambusa et Kasongo wa Ngoy, a été très spectaculaire. Pour cause ! Le bourgmestre de la commune de Kalamu, Jean-Claude Kadima, qui était invité par la CMG pour éclairer sa religion sur l’existence ou non du mariage civil de Ntahwa célébré par son prédécesseur BOWOLE en 1985, a contesté et a rejeté tous les actes d’état civil produits par Ntahwa, bien que ces documents attestent l’existence dudit mariage. Il a même remis en cause le nom de son prédécesseur sans avoir apporté la preuve contraire. C’est ainsi que le ministère public, après avoir parcouru ces actes de mariage, a constaté que le bourgmestre faisait un faux témoignage. Il a demandé au tribunal de considérer les actes de l’état civil produits par Ntahwa, parce que c’est l’œuvre de l’administration communale de l’époque. Il a demandé au bourgmestre de se référer correctement aux archives de la commune au cas contraire, il fera la prison pour faux témoignage. On note que parmi les documents produits par la partie civile Ntahwa figurent les photos, l’acte de l’état civil, etc.

Après avoir lu les documents amenés par Ntahwa, le tribunal a clôturé les débats et a renvoyé l’affaire à une semaine, soit au 28 janvier 2014 pour la plaidoirie.

Les avocats de l’ancien-ministre du Budget Jean-Baptiste Ntahwa, ont demandé à la cour de ne pas se laisser manipuler par la défense parce qu’elle soulève des préalables qui ne tiennent pas débout, tout simplement pour étouffer la vérité et tirer les choses en longueur. Ils ont également demandé aux juges d’appel  de ne pas prendre en considération le témoignage.

            En ce qui concerne les avocats de Lessie, fondateur de l’église «Arche de Noé» et consorts, ils continuent à contester le mariage civil de Ntahwa et estiment qu’il n’a pas qualité de réclamer la restitution de la jeep Hyundai qui serait escroquée par leurs clients, dans la mesure où ce bien a pour propriétaire une femme. Seule son épouse peut la réclamer. En réplique, les conseils de Ntahwa ont relevé que leur client est légalement marié car tous les documents le prouvent. Ce mariage avait été célébré sous le régime de la communauté des biens. Ils ont indiqué que l’union de Ntawha et sa femme Kabare est légale.

Ntahwa continue à réclamer la restitution de ses 135.000$ et des biens escroqués par le prévenu Lessie et son entourage.

Rappel des faits 

            On rappelle que c’est après avoir été condamné au tribunal militaire de garnison de la Gombe à 10 ans de servitude pénale (SPP) pour escroquerie, association des malfaiteurs et incitation des militaires à la violation de leurs consignes que le prévenu Denis lessie et ses complices Thierry Okunhimo et Kasongo wa Ngoy, sont en appel à la Cour Militaire de Gombe. Ils ont saisi ce juge au second degré pour reformuler le verdict rendu le 20 septembre 2013 qui les condamnait à de lourdes peines.

            En clair, il est reproché au prévenu Lessie ainsi que sa bande d’avoir usé de fausses qualités dans le but de truander Ntahwa. Au cours de cette opération, le chef spirituel de l’église « Arche de Noé » s’était fait passer pour le conseiller spirituel du chef de l’Etat. Il s’était associé à ses complices sus indiqués dont l’un s’était  présenté comme le jeune frère du chef de l’Etat alors qu’il n’est qu’un simple étudiant en deuxième licence en droit à l’UNIKIN. Et  Kasongo wa Ngoy, ancien chauffeur de l’escorte présidentielle, s’était présenté comme capitaine de l’armée.

            Cette bande d’escrocs avait fait croire à Ntahwa qu’elle allait faciliter son retour au gouvernement Matata et régler un prétendu litige qui aurait existé entre lui et la sœur Jumelle du chef de l’Etat, Jaynet Kabila. On lui avait fait croire que le président de la République était mécontent du fait que lorsque Ntahwa était ministre du Budget, il aurait bloqué un document et porté un grave préjudice aux intérêts de sa sœur jumelle, Jaynet Kabila. Aussi, pour être pardonné par la famille présidentielle, il devait payer  des dommages et intérêts à titre de réparation des préjudices subis par Jaynet. Et Ntahwa, faisant foi aux propos de Denis Lessie, avait fini par libérer 135.000$ et des véhicules pour le compte du chef de l’Etat, de sa sœur jumelle et de sa mère Sifa. Après avoir perçu l’argent, Denis Lessie avait disparu de la circulation et vendu la jeep à Drolia Omedal de nationalité canadienne.

            L’officier du ministère public, est aussi en appel contre le verdict du premier juge pour faire condamner davantage Denis Lessie et ses complices.

Murka

LEAVE A REPLY

*