Nouvelles provinces : la Majorité rafle 14 gouvernorats sur 20

0
61
majorité parlementaireLe scénario des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de nouvelles provinces a été, à peu de choses près, la copie conforme de celui de élections des membres des bureaux des Assemblées provinciales. A l’arrivée, la Majorité Présidentielle a raflé 14 gouvernorats sur 20, le Sud-Ubangi ayant  été rayé momentanément de la liste, à la suite d’un contentieux électoral.
La démonstration de force de la famille politique du Chef de l’Etat est sans appel. L’Opposition présente dans les institutions de la République n’a pas fait le poids dans les urnes. La sanction a particulièrement été sans appel pour les dissidents de la Majorité Présidentielle qui ont osé se porter candidats gouverneurs ou vice-gouverneurs de provinces. Quant aux « rebelles » de la dernière heure qui avaient cru bon de brandir le label d’indépendant la Ceni s’était chargée de les disqualifier avant la compétition à la suite d’une plainte de la famille politique du Chef de l’Etat.
            Les statistiques livrées par la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) font état de zéro province sous la bannière de l’Opposition. Cinq indépendants ont néanmoins sorti la tête de l’eau. Les observateurs notent que le bateau de la MP, qui avait semblé tanguer avec le départ des caciques du G7, a retrouvé son équilibre.
            Quant aux consignes de son «Autorité morale», Joseph Kabila, elles ont, une fois de plus, été suivies à la lettre. Apparemment, ce commandant de bord n’a plus de problème de gestion d’ambitions politiques au sein de son équipage. L’autre constat à faire est que les scrutins se sont déroulés dans la transparence. A ce sujet, la réaction positive de Christian Mwando, candidat dans son Lualaba natal, a édifié plus d’un. Démocrate honnête, il a reconnu sa défaite et adressé un message de félicitations  à son adversaire, Richard Muyez. Reconnaissant que les députés provinciaux avaient voté en âme et conscience, il a pris acte de la règle d’or du jeu démocratique qui veut que la victoire revienne au plus fort.
            Le bouclage du feuilleton des Assemblées et gouvernorats de nouvelles provinces va-t-il laisser la place au Dialogue tant attendu? Il est permis de croire qu’il va en être ainsi, afin que dans les semaines et mois à venir, le peuple congolais puisse, cette fois-là, départager les futurs prétendants aux mandats politiques dans les urnes. Il est temps que l’heure de tests de vérité sonne pour tout le monde, afin que l’on sache qui représente quoi sur le terrain.