Nouvelle rencontre Tshisekedi-Kamerhe : l’adversaire est à la tête de la RDC

0
39

Pour la troisième fois, Vital KAMERHE a été reçu en audience par Etienne TSHISEKEDI. La première fois, rappelle-t-on, c’était à Bruxelles avant que le président de l’Union pour la Nation Congolaise ne démissionne du PPRD et ne renonce ainsi à son mandat de député élu de Bukavu. Hier, c’était 72 après  heures de la deuxième audience qui lui a été accordée dimanche dernier en marge de la conférence de presse tenue toujours en la résidence privée du leader de l’UDPS sur l’Avenue Petunias à Limete.

 

 Pourquoi les deux personnalités se sont encore une fois rencontrées en tête-à-tête en l’espace de 72 heures ? Sourire aux lèvres, Vital KAMERHE a fait savoir que cette rencontre entre dans le cadre du renforcement de ce qui a été convenu dimanche dernier. Et comme les échéances électorales se rapprochent en vue de mettre en place une alternative crédible, il y a pas mal des choses à examiner ensemble car il ne faut pas se tromper d’adversaire.
 «Le président de l’UDPS m’a dit qu’il a besoin du rassemblement de l’opposition pour sécuriser la transparence des élections, surveiller les tentatives de la modification de la loi électorale, les balbutiements de la CENI, ne pas être surpris par la composition de la Cour Constitutionnelle pour ne pas connaître les mésaventures qu’ont vécues d’autres pays. Il y a surtout la loi sur le CSAC et particulièrement le contenu du nouveau mandat de la MONUSCO qui devrait comporter un nouveau chapitre sur la sécurisation des élections à travers le transport des kits électoraux ainsi que des urnes, la sécurité des leaders politiques, etc.»
 Sans entrer dans les détails, Vital KAMERHE a indiqué que le président de l’UDPS attache une importance capitale à l’érection d’un cadre solide au niveau des forces politiques de l’opposition démocratique en vue de parler le même langage, «mettre toutes les chances de notre côté car l’adversaire ne dort pas et cherche la moindre faille pour l’emporter.» L’opposition doit se présenter regroupée, disciplinée et en ordre de bataille. Pour ce faire, il sied de bannir les injures et les insinuations calomnieuses, prêcher la bonne gouvernance, la lutte contre les antivaleurs, la dénonciation des viols, tueries, massacres, pillages des ressources naturelles du pays, la corruption et les détournements massifs des deniers publics. Bref, les forces de l’opposition politique doivent avoir à l’esprit que le meilleur combat demeure la recherche d’un leadership crédible et visible pour réhabiliter la RDC sur l’échiquier international, ont plaidé les deux personnalités.
 A la question de savoir si chaque parti peut présenter son candidat à l’élection présidentielle, Vital KAMERHE a dit que cela est de la compétence de chaque force, une marque indéniable de la démocratie. Cependant, au moment opportun, les leaders de l’opposition se retrouveront pour faire le point en vue de se présenter en ordre de bataille; dans la discipline et la sportivité. Sera-t-il question d’un, de deux ou de trois candidats à l’élection présidentielle de novembre prochain ? «Dieu Seul le sait», a-t-il indiqué, «l’essentiel est qu’il ne faut pas  se tromper d’adversaire qui est celui qui exerce actuellement le pouvoir suprême d’Etat».
 
F.M.

LEAVE A REPLY

*