Nouveau satisfecit du FMI : les finances de la RDC toujours au vert

0
19

Le Conseil d’Administration du FMI (Fonds Monétaire International) a accordé hier mercredi 09 février 2011 son nième satisfecit au gouvernement congolais, pour la bonne tenue des finances publiques. Cette institution financière a en effet approuvé la seconde Revue du Programme macro-économique conclu avec la République Démocratique du Congo en décembre 2009.

Cette décision, apprend-on, donne lieu au décaissement, en faveur de la Banque Centrale du Congo, d’un montant de l’ordre de 77 millions de dollars américains au titre d’appui à la balance des paiements. Il convient de rappeler que la 2me Revue couvrait la période allant de janvier à juin 2010. La bonne note délivrée par le FMI à la RDC est perçue comme la preuve de la bonne gestion macro-économique du pays par l’équipe gouvernementale conduite par le Premier ministre Adolphe Muzito, sous la supervision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila.

Dans les cercles politiques de Kinshasa, cette excellente cotation du Fonds Monétaire International fait l’objet de commentaires positifs. Tout en saluant le retour à la gestion orthodoxe des affaires de l’Etat, tel qu’attesté par des partenaires extérieurs, l’opinion nationale forme le vœu de voir le gouvernement maintenir le cap, notamment en poursuivant les efforts de mobilisation maximale des recettes publiques, de compression des dépenses, d’amélioration du climat des affaires, de financement des projets de développement et ceux à impact visible et immédiat dans le domaine social, etc.

 

L’on se réjouit par ailleurs de noter qu’après l’Atteinte du Point d’Achèvement de l’Initiative PPTE ( Pays Pauvres Très Endettés), en juiette 2010, le gouvernement de la République n’a pas baissé les bras et continue de respecter les consignes de bonne gouvernance. Ce que l’on souhaite est que l’on se garde de dormir sur ses lauriers. La bataille du redressement économique et social du pays ainsi que celle de la reconstruction nationale reste encore longue. Gouvernants et gouvernés devraient se mobiliser davantage pour créer des richesses, les utiliser à bon escient et permettre à tous de vivre mieux qu’il y a 40 ans.
Congolaises et Congolais attendent impatiemment les résultats de la prochaine Revue pour se convaincre davantage de leur sortie progressive du tunnel du sous-développement.

Jacques Kimpozo

LEAVE A REPLY

*