Nouveau couac pour la CENI

0
34

Après les dérapages signalés dernièrement au Katanga ainsi que dans les deux Kasaï, où des agents zélés exigeaient tantôt de l’argent, tantôt d’anciennes cartes d’électeurs aux concitoyens désireux de s’enrôler, un nouveau couac vient d’être enregistré à la Commission Electorale Nationale Indépendante. Il s’agit de la grave décision prise le mardi 12 avril 2011 par l’Administrateur du territoire de Lodge, au Kasaï Oriental, et obligeant huit formateurs électoraux à quitter sa juridiction dans les 48 heures pour Mbuji Mayi, siège des institutions provinciales.
Selon Albert Baudouin Nzele, l’auteur de cette mesure administrative, les incriminés refusaient de collaborer avec les autorités locales et faisaient monnayer les test organisés à l’intention des formateurs territoriaux chargés d’encadrer les opérations de révision du fichier électoral. Du coup, celles-ci connaissent de sérieuses perturbations.

Il se raconte, dans les milieux des agents de la CENI déclarés indésirables à Lodja, que l’Administrateur de territoire et les notabilités locales seraient fâchés contre la hiérarchie de cette institution d’appui à la démocratie, laquelle aurait envoyé dans cette partie du pays des experts dont la liste aurait été confectionnée à partir de Kinshasa. Les originaires de Lodja seraient absents, ce qui n’enchanterait pas tous ceux qui comptaient injecter parents, amis et connaissances dans les corps des agents chargés des opérations de révision du fichier électoral.

Réagissant à la décision de l’Administrateur de territoire de Lodja, le Secrétaire exécutif provincial de la CENI a laissé entendre que cette autorité n’avait pas le droit de s’immiscer dans le dossier de la formation des formateurs territoriaux ni dans celui de la révision du fichier électoral.
Les observateurs pensent que ce qui se passe à Lodja conforte les doutes de ceux qui croient que le fichier électoral risque d’être entaché d’irrégularités qui pourraient donner lieu à des contestations préélectorales. Car, la volonté du Bureau de la CENI de présenter un fichier électoral crédible est torpillé par plusieurs « forces négatives » dont les responsables de la territoriale. Avec des commissaires de districts, des administrateurs de territoire voire des gouverneurs de provinces aux réactions  épidermiques, un processus électoral apaisé en RDC risque de s’arrêter à l’étape de bonnes intentions.

Lorsque Le Phare avait fait état dernièrement des interférences du « pouvoir parallèle » dans les domaines présumés de la compétence de la CENI, il s’est trouvé des compatriotes pour penser à une campagne gratuite de diabolisation du « nouveau pouvoir organisateur des élections ». Mais la bourde de l’administrateur du territoire de Lodja vient de rappeler à tous que le processus électoral en cours est l’otage de gros bras qui semblent décidés à appliquer un agenda autre que celui que la CENI continue de brandir devant ses partenaires politiques et sociaux.

Kimp

LEAVE A REPLY

*