Nord-Kivu, Sud-Kivu, Equateur et Province Orientale : calme précaire !

0
40

 A Kibumba sur le versant du volcan Nyirangongo à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, un glissement de terrain a été signalé et où on signale environ 46 disparus et plus d’une vingtaine de maisons emportées.

Au point de presse hebdomadaire de la Monuc à Kinshasa, Mounoubai, son porte-parole a fait savoir que la Mission a immédiatement réagi en dépêchant des engins lourds et du personnel pour porter assistance aux victimes. « Mais leur travail est rendu difficile par l’état du terrain boueux ; la Monuc continue de coordonner ses efforts avec ceux des autorités provinciales », a assuré le porte-parole qui s’est réjoui que 14 corps ont pu être retirés de la boue.

Au Sud-Kivu, la Monuc a signalé l’organisation des « barza » destinés à inculquer les notions de paix aux populations en proie, depuis de décennies, à des conflits fratricides. Déjà un atelier s’y est déroulé avec une participation évaluée à 43 partcipants. Le même s’est déroulé concomitamment à Kalehe, Kabare, Walungu, Idjwi, Mwenga, Fizi et Uvira.

Au chapitre des activités civiles de la Monuc, on fait également état de l’existence d’une première compagnie mobile formée par la police civile de la Monuc à Bukavu. Ce corps est destiné au Starec, le plan de stabilisation et de la reconstruction à l’Est. « Ces policiers ont pour mission de prendre la releve de la sécurisation des personnes et de leurs biens dans les zones récupérées des mains de rebelles grâce aux opérations conjointes Fardc-Monuc », a précisé Mounoubai. Dans la foulée, il a été donné d’apprendre qu’à Beni, Butembo, au Nord-Kivu, la Monuc a assuré une formation des Officiers de police judiciaire et Inspecteurs de Police judiciaire en matière de lutte contre la violence sexuelle. Formation organisée sur une initiative conjointe avec le Pnud, Association des avocats du barreau américain, Unpol et Eupol.

 Un audit moderne pour la Pnc…

 Des experts de la Police de la Monuc ont participé à la commission mixte de sélection et de formation du nouveau personnel de l’Inspection générale d’Audit de la Police nationale congolaise (PNC). Ils ont notamment pris part à la finalisation de la liste des candidats pour le test de recrutement du nouveau personnel de cet organe et la publication du communiqué fixant la date, l’horaire, le lieu du déroulement des épreuves ainsi que l’emplacement des affichages des listes des candidats présélectionnés.

 D’une province à l’autre, au Kasaï occidental, le contingent sénégalais de la Monuc a organisé des consultations médicales gratuites pour plus de quarante détenus de la prison de Kananga. Ces consultations ont permis d’identifier plusieurs cas d’affections respiratoires et cutanées et autres maladies qui devraient faire l’objet d’un suivi pour une prise en charge adéquate.

 Equateur : Statu quo

A l’Equateur, « la situation sécuritaire en général n’a pas changé de manière significative par rapport aux évaluations antérieures dans cette province », note la Monuc qui fait savoir qu’à la Province orientale voisine « les Fardc continuent de maintenir leur pression sur les groupes de la LRA ougandaise dans les deux districts d’Uélé ».  Tandis que dans le vaste district de l’Ituri, « la situation sécuritaire est de manière générale restée sous contrôle, mais les activités de crimes mineurs et de banditisme constituent une source récurrente de préoccupation ».

L’autre point de portée nationale ayant fait l’objet d’échanges entre journalistes et leurs interlocuteurs, c’est le séjour d’une délégation du Conseil de sécurité à Kinshasa. Les membres de l’organe exécutif de l’Onu ont rencontré, tour à tour, le président de la République, les présidents des deux chambres, le président de la Cei et la société civile. Au menu, la question du séjour de la Monuc en RDC « Nous prendrons naturellement en compte les résultats de nos échanges (…) lors de nos prochaines discussions au Conseil de sécurité sur le mandat de la Monuc », déclarait le chef de la délégation, le Français Gérard Araud, cité par Mounoubai.

Enfin, de l’organisation humanitaire de l’Onu, Ocha, il a été donné d’apprendre que « depuis fin mars, 1156 citoyens centrafraicains ont fui les attaques de la Lra en province orientale et trouvé refuge dans le territoire de Bondo ».

Patience Ndayada (Stg/Unikin), Anto Tshinguta (Stg/Ifasic), Amina Chomba (Stg/Ifasic)   

 

LEAVE A REPLY

*