Nord-Kivu : plus de 100.000 déplacés internes enregistrés

0
16

 

La situation sécuritaire au Nord-Kivu  pose de plus en plus de problèmes sur le plan humanitaire et social. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés a  enregistré plus de  cent milles personnes qui se seraient déplacées entre le 1ième avril et 18 mai. Cette confirmation sur l’effectif de ces derniers était faite  par Yvon Edoumou, le  chargé de communication et plaidoyer de OCHA , hier mercredi 30 mai 2012, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco.
 
Cependant, près de 74.000 personnes déplacées se seraient réfugiées dans les territoires de Lubero, Masisi et à Rutshuru.  Et dans ce lot énorme des déplacés de guerre, plusieurs problèmes se posent pour  la prise en charge de ces derniers.  Cette portion de la population de la République Démocratique du Congo a vraiment besoin  des abris, des soins médicaux,  de la nourriture, d’eau potable, de l’ hygiène et d’assainissement, de l’éducation, ainsi que la protection physique des personnes par des institutions qualifiées du pays. 
Il faudrait souligner que les acteurs humanitaire ont du mal à apporter de l’assistance  à  tous les déplacés, car ils sont confrontés à plusieurs réalités sur terrain.  Jusque là,  les  bénéficiaires de cette aide sont ceux qui se trouvent dans les sites situés  près de la ville de Goma et dans  le  camp des déplacés de Mugunga III.  
D’après  la Monusco, la densité énorme  des réfugiés internes à l’Est du pays est  due  au fait que  ce coin de la république était  déjà confronté  à d’autres formes de crise avant l’aggravation actuelle. 
 
Plus de 3.000 cas  de Choléra enregistrés au mois de mai
 
  L’Organisation Mondiale de la Santé  ainsi que le Ministère de la santé de la  République Démocratique de Congo ont fait l’état de lieu conjointement sur la situation  de l’épidémie du choléra. 
D’ après le rapport, il y a une augmentation  25 % au mois de mai  du nombre des personnes infectées  par le choléra  en 2011. Au 28 mai, nous sommes de 12.291 à 15.351 cas  dont 358 décès. En 2011, n’avait atteint que 37.043 cas. Et cette augmentation est survenue entre le 02 et 28 mai. 
La situation est  insoutenable dans les zones épidémiques de l’Ouest, surtout dans les villages périphériques  du fleuve Congo, où le nombre de cas a augmenté de 50 %. Cependant, elle est de 100% de cas   et avec  une  létalité  de 6% en province  de l’Equateur.
 
Dorcas NSOMUE

LEAVE A REPLY

*