Nord-Kivu : FARDC et Monusco coalisent contre l’ADF

0
153
fardc et monuscoContraintes, depuis le début de l’année, à traquer seules les forces négatives tant internes qu’externes  dans le Nord-Kivu, notamment les FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda), l’ADF et autres Mai-Mai, à la suite du refus des autorités congolaises de retirer du front de l’Est deux généraux accusés par les Nations Unies d’implication dans des violations graves des droits de l’homme, les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) semblent de nouveau agir en synergie avec les troupes de la Monusco (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo). A ce propos, la journée d’hier jeudi 29 octobre, a été marquée par des attaquées concertées et coordonnées des soldats congolais et onusiens contre les rebelles ougandais de l’ADF à travers plusieurs villages du territoire de Beni.
Selon Radio Okapi, la flotte aérienne de la Brigade Internationale de la Monusco a copieusement bombardé les positions des rebelles ougandais, avant que les éléments des FARDC et les casques bleus ne procèdent à des opérations de ratissage et des fouilles au sol. L’objectif clairement affiché par l’armée congolaise et les forces onusiennes est de mettre un terme au cycle de l’insécurité au Nord-Kivu, en mettant un terme au spectre des tueries massives enregistrées entre octobre 2014 et juin 2015. A terme, il est question que l’opération « Sukola » apporte les résultats que sont en droit d’attendre d’elle les populations congolaises, à savoir la destruction totale des poches d’insécurité entretenues par l’ADF.
Le dernier rapport de l’ONU porteur de changement
            Les observateurs pensent que le dernier rapport des Nations Unies accusant les FARDC et la Monusco de « carences graves » dans la lutte contre les forces négatives au Nord-Kivu en général et à travers le territoire de Beni en particulier a constitué le déclic dans leur nouvelle manière de gérer la situation sécuritaire à l’Est du pays. Le lourd bilan des morts affiché par les enquêteurs onusiens, à savoir entre 350 et 450 victimes d’octobre 2014 à juin 2015, a sûrement touché l’honneur et la dignité des forces congolaises et onusiennes.
            On croit savoir que les deux armées se trouvent présentement engagées dans la voie du relèvement du défi de leur capacité à mettre réellement l’ADF hors d’état de nuire. La meilleure façon de démontrer qu’elles ne faisaient le jeu des ennemis de la paix au Nord-Kivu était de se livrer à la démonstration commune de force du jeudi 29 octobre 2015.
            Ce que des millions de compatriotes de l’Est de la RDC attendent des FARDC et de la Monusco, c’est le retour d’une paix réellement durable, non entrecoupée de tristes épisodes de tueries massives à la machette ou à la kalachnikov.
            Il est à espérer que dans un délai relativement court les éleveurs, les pêcheurs, les agriculteurs, les paysannes, les opérateurs économiques, les camionneurs, les femmes, les filles, les élèves, les enseignants pourraient circuler à travers cette province, sans craindre d’être dépouillés, violés, arrêtés ou tués par des inciviques armés.                        Kimp