Nord Kivu : 4200 déplacés de Monkoto en errance

0
68

IMG_0264Rein Paulsen, chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en RD Congo, a déploré, hier mercredi 13 janvier 2016, le démantèlement du site de déplacement de Monkoto, situé à environ 70 kilomètres au nord-ouest de Goma dans la province du Nord-Kivu. Ce site, convient-il de rappeler, abritait plus de 4 200 personnes déplacées. « Je regrette la manière dont ce démantèlement s’est déroulé et je suis fortement préoccupé par la punition collective imposée à ces personnes déplacées vulnérables. Même si la décision de fermer les sites de déplacement pour des raisons de sécurité nationale appartient aux autorités provinciales, il est souhaitable que cela se fasse en concertation avec la communauté humanitaire pour assurer le respect des droits des personnes déplacées internes », a déclaré Rein Paulsen.

En effet, le mardi 12 janvier 2016, environ 4 260 personnes déplacées qui habitaient dans le site de Monkoto ont été chassées de leurs habitations et le site a été complètement rasé par les autorités. A en croire les responsables de Ocha, c’est la découverte d’une arme dans une hutte, le 6 janvier 2016, qui a mené le Comité provincial de sécurité du Nord-Kivu à ordonner le démantèlement du site, laissant aux humanitaires un délai d’une semaine pour informer la population.

La communauté humanitaire va prendre la mesure de cette action et formuler des recommandations aux instances appropriées pour éviter d’autres fermetures abruptes comme celle-ci. « Il est souhaitable que les autorités provinciales et la communauté humanitaire travaillent ensemble à la recherche et la mise en place de mesures appropriées pour éviter la violation du caractère civil des sites de déplacement et minimiser l’impact des fermetures de site sur les personnes déplacées », conclut le Chef de bureau.

La province du Nord-Kivu compte environ 604 000 personnes déplacées internes, dont 35% habitent dans les 52 sites de déplacements de la province.

Tshieke Bukasa