Norbert Luyeye libéré

0
139

Arrêté le dimanche 07 avril 2016 par des éléments de l’ex-Demiap, dans sa résidence de la commune de N’Djili, où il tenait une réunion de son parti dénommé l’Union des Républicains (UR), avec quatre membres de son staff, Norbert Luyeye a été libéré le mardi 11 septembre 2018, en compagnie de ses trois co-détenus. On rappelle qu’ils étaient accusés d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Après deux ans de flottement, ponctué des séjours des intéressés à l’amigo de l’ex-Demiap, à l’Auditorat militaire de Gombe et à la Prison Militaire de Ndolo, ils avaient fini par atterrir à la Prison Centrale de Makala, pour la poursuite de leur longue et interminable
détention.

C’est au terme d’un long feuilleton judiciaire, marqué par une
instruction pré-juridictionnelle au niveau de la justice militaire,
que les cinq détenus avaient vu leur dossier échouer au Parquet
Général près la Cour d’Appel de Matete, pour ensuite être fixé au
Tribunal de Grande Instance de N’Djili.
Après des débats houleux entre l’accusation et la défense, l’affaire
était prise en délibéré le 17 avril 2018. Au bout du compte, alors que
les prévenus attendaient d’être fixés sur leur sort, le dossier a été
classé sans suite.
Mais en lieu et place de l’euphorie qui entoure généralement la
libération des détenus, Norbert Luyeye et ses quatre compagnons
d’infortune, à savoir François Nsiala, Luyongo, Lwitela et Longela,
étaient tous tristes à cause de la mort en détention de leur camarade
Jean Claude Ekula Yoka (74 ans), qui a laissé une veuve et 9 enfants.
Norbert Luyeye a promis d’organiser les obsèques de l’illustre disparu
dans la dignité. Mais cela, il compte animer un point de presse en
rapport avec leur dossier politico-judiciaire.
Le président de l’Union des Républicains a promis de poursuivre son
combat pour l’application intégrale de l’Accord-cadre signé en 2012
dans la capitale éthiopienne par la République Démocratique du Congo
et les autres pays de la région.
Selon lui, cet accord reste l’unique cadre pour résoudre la crise
politique que traverse le pays.
Norbert Luyeye est convaincu que  la tenue des élections, dans le
contexte actuel, ne résoudra pas de manière globale la crise actuelle,
dans sa dimension à la fois interne et externe.

Eric Wemba