Nominations des Commissaires spéciaux : l’opposition dénonce un coup d’Etat Constitutionnel

0
136
ewangaLa nomination des Commissaires spéciaux par le Président de la République provoque des réactions diverses selon que l’on est dans un camp ou dans un autre.
Dans le camp de la Dynamique de l’opposition, cette nomination des Commissaires spéciaux par le Chef de l’Etat est perçue comme une preuve suffisante de tentative de renversement du régime constitutionnel que la Constitution de la République a érigé en une infraction imprescriptible contre la nation et l’Etat.
Dans une déclaration lue hier dimanche au siège du FONUS,  par son modérateur,  Jean Bertrand Ewanga, en présence, de Martin Fayulu, Jean Lucien Bussa, Emery Okunji Kolosso… la Dynamique de l’opposition a résolu de saisir en  inconstitutionnalité la Cour constitutionnel contre l’ordonnance du Président de la République portant nominations des Commissaires spéciaux et  en appelle à la responsabilité historique des magistrats de la Cour .
Tout en faisant  remarquer que le concept Commissaires spéciaux n’existe nul part dans l’arsenal juridique  congolais, Ewanga a fustigé le fait que leur nomination par le Président de la République bouscule l’ordonnancement des institutions politiques de la RDC en général et en particulier les institutions provinciales. 
«Ce faisant, le pouvoir en place vient de tuer la démocratie en instituant, seul de son propre chef, un système atypique constitué d’un côté par des gouverneurs élus ayant largement dépassé les termes de leurs mandats, qui répondent devant des assemblées provinciales tout aussi obsolètes, et de l’autre, par des commissaires spéciaux et leurs adjoints, illégaux et illégitime nommés par le Président Kabila et qui répondrons devant lui», a souligné le Secrétaire Général de l’UNC. 
Il a affirmé que cette énième violation flagrante et intentionnelle de la Constitution par le pouvoir en place démolit l’ordre politique fondé sur la Constitution du 18 février 2006, en lançant un assaut direct  et frontal contre les dispositions intangibles de l’article 220 de la Constitution, notamment 197 et 198.
Que devient la conférence des gouverneurs de province prévue l’article 200 de la Constitutions’est interrogé le modérateur de la Dynamique,   avant de dénoncer le Coup d’Etat constitutionnel.
Pour la dynamique de l’opposition, la nomination des Commissaires spéciaux est la preuve supplémentaire que le pouvoir en place  a effectivement installé une nouvelle dictature.              
            La Dynamique dit ne pas reconnaitre ni l’existence, ni les pouvoirs de ces Commissaires spéciaux et demande au peuple congolais de faire autant, conformément à l’article 28 de la Constitution qui stipule «que  nul  n’est tenu d’exécuter un ordre mal donné».
            Le clou de cette déclaration a été sans nul doute la confirmation de la convention de la Dynamique de l’opposition du 4 au 6 novembre 2015, à l’issue de laquelle, l’opposition annoncera une série d’actions pour obtenir le respect de la constitution  et la passation civilisée du pouvoir au sommet de l’Etat, le 20 décembre 2016.
ERIC WEMBA