Noël 2011 : les Kinois ont fêté dans la morosité

0
28

Kin-la belle, notre capitale, n’a pas connu son ambiance habituelle lors de la commémoration de la naissance de Jésus-Christ célébrée le 25 décembre de chaque année.
Pas de décoration de rues ni l’organisation spéciale des jeunes dans des quartiers, phénomène auquel on a toujours assisté à  Kinshasa à l’occasion de cette fête chrétienne.

Cette timidité qui a marqué la Noël a été également observée quant à la circulation urbaine où chaque année on connaît des embouteillages dans lesquels on perd souvent plusieurs heures avec toutes les conséquences y afférentes.
Ces bouchons sont occasionnés par des gens qui affluent au centre-ville, notamment des parents parfois en compagnie des enfants.
Qu’est-ce qui est à la base de la morosité ayant marqué la Noël 2011 ? Deux événements peuvent logiquement expliquer cela.
Il s’agit de la situation politique qui reste marquée par la tension vive créée par la publication des résultats de la présidentielle du 28 novembre dernier, et le social marqué par la perte vertigineuse du pouvoir d’achat de la population.

Un vendredi de tous les dangers !
D’abord, la ville a connu une situation particulière à deux jours de la fête. Il s’agit de la prestation de serment d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui, sur base des rapports des témoins et différents observateurs tant nationaux qu’internationaux remettant en cause les résultats publiés par la Ceni au motif qu’ils ne reflètent pas la vérité des urnes, se considère comme le président de la République élu à l’issue du scrutin du 28 novembre.
Des dispositifs sécuritaires spéciaux, notamment des chars de combat, des blindés  ainsi qu’un déploiement excessif des éléments de la police nationale, de l’armée et de la garde républicaine à travers la ville avaient provoqué un climat délétère empêchant la population de vaquer paisiblement à ses occupations.
Comme il fallait s’y attendre, les partisans d’Etienne Tshisekedi ont tenté vers 10hoo d’entrer au Stade des Martyrs où la cérémonie devait avoir lieu. Ils ont été empêchés d’y accéder par dles forces de l’ordre. Ce qui a conduit aux tirs lâchés par lesdites forces en vue de disperser les manifestant. La manifestation a été vécue presque partout à travers la ville au-delà du périmètre du stade.

Un social au rouge !
Un autre fait et non des moindres qui explique la morosité est la conjoncture économique marquée par la précarité.
En effet, nombre de travailleurs congolais particulièrement ceux du secteur étatique, n’étaient pas  en mesure de faire plaisir à leurs enfants.
Habitués depuis des décennies à des situations difficiles, quelques parents se sont démenés malgré des maigres moyens pour répondre à ce grand rendez-vous des chrétiens. C’est la veille, samedi 24 décembre que la plupart d’entre eux ont effectué le déplacement au centre-ville dans le but de faire un geste pour leur progéniture conformément aux us et coutumes en la matière.
Par ailleurs, la fréquence des Kinois dans les bars et débits de boissons était aussi à la baisse. D’après des observateurs avertis même la fête du Nouvel an risque d’en pâtir parce qu’il n’y a rien qui puisse faire que la tension politique baisse.

Dom    

LEAVE A REPLY

*