Ngoy Mulunda tacle Malu-Malu

0
31

Un nouveau calendrier électoralVendredi 4 mars 2011, marquera d’une pierre blanche les annales de l’histoire  du bureau de la nouvelle Commission Electorale Nationale Indépendante, Ceni. C’est ce jour en effet que le bureau de cette  institution, qui succède à la Commission électorale indépendante (CEI),   a eu son premier baptême de feu  à travers sa  première conférence de presse animée par son président, le  Pasteur Ngoy Mulunda, à l’Hôtel Sultani. C’était pour annoncer les grandes lignes de  la  politique générale qu’entend mener son bureau  pour le processus électoral qui doit déboucher sur l’organisation des élections générales de 2011. Ce dernier a fixé l’opinion nationale et rassuré tous les partenaires de la Rd Congo sur l’engagement  de son bureau à conduire le processus  électoral à son terme sans heurts et en toute responsabilité.
 
            Outre l’engagement du bureau pris vis-à-vis du président de la république, Joseph Kabila, de rester une institution véritablement indépendante pour la consolidation de la démocratie et après avoir rendu hommage à la Cei pour le travail abattu lors de la première législature son expertise aujourd’hui éprouvée, Ngoy Mulunda a annoncé trois  décisions importantes:  respect strict de la constitution et de la loi électorale dans l’organisation et la conduite des opérations électorales. Cela implique, d’après Ngoy Mulunda, la prestation de serment et l’entrée en fonction du président élu le 6 décembre 2011 ;  l’élaboration d’un nouveau calendrier électoral et la création des centres d’enrôlement additionnels afin de rendre le vote moins pénible. Et comme vraie première décision de la Ceni prise le même jour, celle-ci a publié le calendrier pour l’élection du gouverneur et du Vice-gouverneur du Kasaï-Occidental (7 au 22 avril, jour d’entrée en fonction du nouveau ticket), poste resté vacant par la démission de Trésor Kapuku. 
            Ngoy Mulunda  a annoncé que les actions de son bureau pour consolider la démocratie, la stabilisée  et la  pérennité  vont s’articuler autour  de cinq objectifs principaux : respecter la constitution ; protéger l’indépendance de la Ceni, réaliser un fichier électoral crédible, rendre le vote moins pénible et promouvoir une compétition juste.
            Le président de la Ceni  s’est engagé, au vu de la durée de la législature dans notre pays dont la durée est de cinq ans, au  respect de  chaque échéance électorale. Ngoy Mulunda a demandé au gouvernement et aux partenaires de mettre les moyens nécessaires à la disposition de son institution pour que celle-ci s’acquitte correctement de sa mission, celle  d’organiser les échéances électorales dans le  délai constitutionnel et selon le type de scrutin. Aussi conscient du retard pris dans le timing, le patron de la Ceni  a affirmé que son bureau  travaillera dur pour qu’un nouveau calendrier électoral soit obligatoirement publié dans les prochains jours, a-t-il indiqué. 
 
Indépendance, question cruciale
            S’agissant de l’Indépendance de son institution, Ngoy Mulunda l’a définie comme sa capacité à se démarquer de toute forme d’influence d’où quelle vienne : gouvernementale, politique ou partisane dans la prise des décisions. Comme gage de succès pour bien accomplir sa tache, le président de  la Ceni a dit vouloir se référer  uniquement à la Constitution et à la Loi électorale  qui devront  guider  le comportement des membres du  bureau, conformément  au règlement intérieur ce dans le seul but de  répondre aux nombreuses attentes de la population congolaise. Cette indépendance appelle donc  le bureau de la  Ceni à faire montre d’impartialité  à travers un traitement équitable de tous les participants au processus électoral, de manière politiquement neutre sans consentir un avantage à quelque tendance politique ou groupe d’intérêt que ce soit ; faire preuve d’intégrité. A ce propos, le président de la Ceni a mis tous le monde en garde,  qu’il n’hésitera pas, au regard de la loi électorale et du règlement intérieur de la Ceni,  à sévir de manière exemplaire dans ses rangs toute corruption ou tout acte  de nature à favoriser certains intérêts politiques. Pour une Ceni transparente, au-dessus de toute suspicion, Ngoy Mulunda a pris le pari  de se doter d’une administration responsable. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a tiré la sonnette d’alarme au  gouvernement  et des  partenaires pour que ce personnel soit motivé, bien rémunéré régulièrement pour être à l’abri de  toute tentative au regard de l’article 23 de la loi électorale. Bien qu’ouvert à toutes les critiques  mêmes celles formulées à  l’équipe sortante, Ngoy Mulunda a matelé que  la Ceni ne sera pas le prolongement de la Cei mais bâtira  sa réussite  incontestable sur son travail. Pour ce faire, le patron de la  Ceni a fait savoir  que son institution va recourir à l’expertise de la Cei pour les élections au Kasaï-Occidental.  Enfin au-delà de ces aspects, la Ceni se veut aussi efficace grâce  à tous les moyens modernes  à mettre à sa disposition et au personnel pour un rendement qui doit correspondre aux attentes  de  la population quant à la capacité de la Ceni d’organiser les élections de 2011. Ngoy Mulunda s’est engagé à fournir les meilleurs services possibles à chaque électeur et à chaque candidat au travers toutes les campagnes de sensibilisation pour que ceux-ci soit mieux informés sur le processus électoral afin de pouvoir bien exercer leur droit avec moins d’inconvénients et peu de difficultés. Sur ce, un accent particulier a été  mis pour facilité l’accès aux   personnes vivant avec handicap aux opérations électorales dans de bonnes conditions. Enfin, une Ceni professionnelle  et respectueuse du droit pour laquelle le bureau  a pris l’engagement de se conformer et de n’obéir qu’à la constitution et aux lois de la République. 
 
Un fichier sain
            Ngoy Mulunda a garanti un toilettage en profondeur du fichier électoral pour en extirper  toutes les imperfections. Voir si les citoyens en âge de voter ce jour-là, figurent sur la listes ? Ceux qui sont décédés ont-ils été rayés de la liste. La liste renferme-t-elle la dernière adresse résidentielle? A cet effet, Ngoy Mulunda a déclaré que l’exhaustivité et l’exclusivité du processus consisteront  à vérifier l’admissibilité des électeurs potentiels et à inscrire leurs noms et autres renseignements justificatifs sur une liste électorale». Pour cela, nous sommes obligés d’adopter des mesures efficaces pour que les électeurs potentiels aient la possibilité de s’inscrire,  car c’est leur droit légitime», a-t-il lancé.
 
Un vote moins pénible            En ce qui concerne l’amélioration des conditions de vote en vue de lutter efficacement contre le taux d’abstention de l’ordre de 30% au premier  tour et de 35% au second tour des élections présidentielles de 2006 ainsi que de l’insuffisance de bureau d’enrôlement et   avec l’amélioration des conditions sécuritaires, la Ceni compte  créer de centres d’enrôlement additionnels  à distances raisonnables ainsi que l’augmentation à 30% de kits électoraux. Car  au nom de l’équité dans le traitement, l’emplacement d’un bureau de vote ne doit constituer ni un avantage, ni un désavantage pour la population. Fort du coût de cette opération d’inscription,  le président de la Ceni a  prévenu  le gouvernement et les partenaires à ne pas forcer  son institution à organiser de élections dans lesquelles seront exclues les Congolaises et Congolais pour des raisons financières. Et de marteler pour que les moyens soient mobilisés et mis à la disposition   de la Ceni afin qu’elle organise des élections réellement générales et inclusives.
            Par ailleurs, s’agissant de la promotion d’une compétition juste entre tous  les acteurs du système électoral, Ngoy Mulunda a supplié le législateur de mettre en place une loi électorale équilibrée et rassurante pour tout le monde. Pour cela, il a préconisé un mode de scrutin juste, qui tienne compte de toutes les contradictions pour éviter des velléités de raccourci de la part de ceux qui perdent les élections à ne pas recourir à la violence. Comme garde-fou pour la réussite de la mission du bureau de la Ceni, Ngoy Mulunda a invité toutes les institutions de la république,  les partis politiques et la société civile à jouer pleinement chacun son rôle afin d’asseoir un système électoral libre, démocratique, transparent et juste. Surtout aux partis politiques, et hommes d’église,  Ngoy Mulunda a lancé un appel pressant pour qu’ils puissent jouer leur rôle d’avant-garde dans l’éducation de la population pour son implication et sa participation massive aux opérations électorales.
A.Vungbo
 

LEAVE A REPLY

*