Négociations du Centre Interdiocésain : Franck Diongo doute de la sincérité de Kabila

0
390

Franck-DIONGOLe président du Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP) a résolu de sécher les négociations directes entre les signataires de l’Accord politique du 18 octobre 2016 et le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, sous l’égide de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).

Raison avancée : cet acteur de l’opposition doute de la bonne foi de la Majorité au pouvoir et de son chef, Joseph Kabila. Au cours d’un point de presse qu’il a animé hier mercredi 7 décembre 2016, Franck Diongo a déclaré que l’ouverture du président Kabila pour ce deuxième dialogue a pour finalité de faire baisser la tension avant le 19
décembre 2016, date fatidique de la fin de son deuxième et  dernier mandat à la tête de la République Démocratique du Congo.

Il estime que le départ de l’actuel locataire du Palais de la Nation n’est pas négociable. Le président du MLP croit en la maturité politique du peuple congolais, prêt à défendre la Constitution dans toutes ses dispositions, jusqu’au sacrifice suprême.

Franck Dingo a rappelé qu’aux mois de janvier 2015 et de septembre 2016, le peuple congolais avait prouvé à la face du monde qu’il était prêt à appliquer l’article 64 de la Constitution, qui lui confère le droit de s’opposer à un individu ou groupe d’individus qui exerce le pouvoir en violation de la Constitution.

Pour cet élu de Kinshasa, le président est le problème pour avoir bloqué à dessein le processus électoral pour se maintenir au pouvoir.

Par conséquent, poursuit-il, l’unique point à l’ordre du jour du dialogue devait être son  départ. D’après Franck Diongo, le 20 décembre 2016, Joseph Kabila ne sera plus Président de la République et la classe politique se retrouvera pour organiser une transition sans Kabila, afin d’organiser les élections pour retourner à l’ordre constitutionnel bafoué par le pouvoir en place.

ERIC WEMBA