N’djili et Kimbanseke : les malentendantes sensibilisées aux violences sexuelles

0
70

Dans le but de contribuer à la prévention des violences sexuelles faites aux femmes, jeunes filles sourdes et malentendantes à Kinshasa, le Centre de production des programmes et supports de sensibilisation des sourds (CPPS), a grâce au financement de l’ambassade du Canada en RDC, lancé une campagne de sensibilisation dans les communes de Kimbanseke et N’djili.
Dans le cadre de cette campagne de sensibilisation intitulée « « BISO PE TOBOYI », qui va durer un mois, une session de formation des animateurs qui seront déployés sur le terrain pour faciliter une meilleure communication a été organisée pendant 4 jours, soit du 17 au 20 février 2015, au centre pastoral Libota, dans la commune de Lemba.
Trois modules ont constitués l’essentiel de cette formation, à savoir, la langue des signes et les violences sexuelles ; les violences sexuelles et la prise en charge des victimes ainsi que les techniques d’animation pour les sourds et malentendants.  Il y aura au cours de cette sensibilisation 10 représentations théâtrales avec «Compagnie théâtre Mabin’A Maboko », spécialisée dans le théâtre d’intervention, jouées par des sourds et entendants. Ce théâtre divertit en même temps qu’il renseigne sur le thème abordé. Ce spectacle va servir d’outil principal de sensibilisation.
Amener les femmes et les jeunes filles sourdes ainsi que les hommes sourds à identifier un acte de violence sexuelle, inciter les femmes, les jeunes filles sourdes et les hommes sourds à dénoncer les auteurs de ces actes, informer les sourds de N’djili et Kimbanseke sur les mécanismes de prise en charge des victimes des violences sexuelles, sensibiliser les entendants de ces communes contre les violences sexuelles dont sont victimes les femmes et filles sourdes : tels sont les principaux objectifs visés par cette campagne.
Il convient de signaler qu’elle est organisée pour le public sourd parce que la femme et la jeune fille sourdes sont très souvent victimes des violences sexuelles par le fait de leur handicap. Elles n’ont  pas l’information. Elles tombent victimes de violences sexuelles sans le savoir. Elles sont  exposé esplus que les entendantes. Cette campagne dans un premier temps ne concernera que deux communes. Peu après, elle va s’étendre à toutes les communes, ont fait savoir le coordonateur adjoint du CPPS, Doudou Nzio et Patrick Nzazi, le chargé de communication.
Les animateurs formés vont descendre dans les rues, dans les églises, dans les communautés de base de sourds qui existent déjà, pour sensibiliser afin  de prévenir ces actes de violences.
Rappel
Le CPPS a été créé en 2010, avec comme mission principale, celle de permettre l’accès des sourds aux informations relatives au SIDA, à la tuberculose, aux violences faites aux femmes, à l’éducation civique électorale, d’élaborer des programmes d’informations et de promotions adaptés à l’handicap des sourds en apportant un vocabulaire des signes et de promouvoir les talents des artistes vivant avec handicap en général et des sourds en particulier.
Murka