Muzito : le meilleur candidat de la majorité en RD Congo

0
663

Selon le calendrier rendu public par la CENI, c’est dans neuf mois que les congolais vont se choisir leur futur président de la République.

En attendant cette date, 4 sondages Comparés GEC ou Groupe d’étude sur le Congo viennent de livrer des résultats. D’une manière générale, ces sondages placent Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga arriverait en tête avec 26 % des électeurs, Félix Tshisekedi lui emboiterait le pas avec 14 % et l’ancien Premier Ministre PALU, Adolphe Muzito ferait 9%. Il se fait que cet économiste dont le parti est membre de la majorité est perçu comme le meilleur candidat dans l’Ouest, car il devancerait Joseph Kabila crédité à 7 %, Matata Ponyo se contenterait de 3% au même pied qu’Aubin Minaku. En considérant trois pôles électoraux en RDC, Adolphe Muzito serait le meilleur candidat dans l’Ouest de la République devant Jean-Pierre Bemba 6%, Minaku 3%, Olivier Kamitatu 2%, Laurent Monsengwo 2%, tandis que Sindika Dokolo et Antoine Gizenga se  retrouveraient chacun avec un score de 1%.

Ces quatre sondages ne visent que la date d’hier dimanche au cas où l’élection présidentielle se serait déroulée à cette date-là.
L’important, c’est que ces éléments ne sont pas loin de la réalité et
vont évoluer au regard de la situation sociopolitique au Congo et la
touche de nos partenaires de la communauté internationale. A moins de
neuf mois de cette date fatidique, il apparait de plus en plus qu’en
cas de l’élection présidentielle, le candidat de l’opposition
l’emporterait indubitablement. Notamment l’ancien gouverneur de
l’ex-province du Katanga, entendez Moïse Katumbi, transfuge de la
majorité.
Ancien Premier Ministre PALU de 2006 à 2011, Adolphe Muzito Bénéficie
d’une côte considérable dans l’opinion congolaise pour avoir conduit
le pays au Point de l’achèvement, amorcé les travaux de la
reconstruction et stabilisé l’économie. Maitrisant avec brio les
chiffres et utilisant le franc-parler aussi bien dans toutes ses
interventions que dans les conversations privées, il est l’homme
politique qui analyse courageusement les dossiers qui touchent à la
vie nationale et aux disfonctionnements de l’appareil étatique. Est-ce
la raison pour laquelle, il se place entre Moïse Katumbi, Félix
Tshisekedi et Vital Kamerhe, les trois principales personnalités de
l’opposition ?
Les atouts du GEC
L’avantage de cet institut des sondages, à savoir le Groupe d’étude
sur le Congo, est qu’il mène des recherches approfondies et
rigoureuses sur divers aspects du conflit qui sévit dans les
territoires de l’Est du pays. GEC a installé ses bureaux au Centre de
Coopération Internationale de l’Université de New York. L’ensemble de
ses publications, blogs et podcasts sont disponibles sur les sites
WWW.congoesearchgroup.org et WWW.gecongo.org.

La carte électorale
de Muzito
Même s’il apparait que c’est le candidat de l’opposition qui est
crédité pouvoir l’emporter le 23 décembre de cette année, il s’avère
que les sondages peuvent évoluer dans un sens comme dans l’autre. La
chance reconnue au candidat Muzito réside dans le fait que les cotes
des trois ténors de l’opposition sont en train de s’éroder et qu’en
cas d’alliance, le tableau risque de connaitre des modifications
inattendues. Tenez : Félix Tshisekedi engrangerait 14 % en janvier de
cette année alors qu’au mois de novembre 2017 il avait atteint 18 %
d’intentions de vote. Pourtant considéré comme meilleur atout pour
l’Est du pays, Joseph Kabila qui devançait Vital Kamerhe avec 9 % en
janvier de cette année, voit sa côte descendre à ce jour à 7 %.
D’une manière générale, sur les onze candidats possibles à la
présidentielle si l’élection présidentielle se faisait le dimanche
prochain, Adolphe Muzito se classe à la troisième place avec 9 %
d’intentions de vote, derrière Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi.
Castro