Muzito – Buse : dernier face-à-face au Palais du Peuple

0
38

C’est cet avant-midi que le Premier ministre Adolphe MUZITO sera devant les élus du Peuple pour donner sa version des faits par rapport à la question orale présentée par le député MLC Jean-Claude BUSE. Ce nouveau face-à-face se déroulera sous les lambris de la salle des Congrès du Palais du Peuple conformément à la nouvelle démarche préconisée par le président de l’Assemblée Nationale de concert avec les présidents des différentes commissions parlementaires.

Mercredi dernier, on le sait, la séance plénière avait été consacrée à la lecture de la question orale par son auteur suivie de l’audition des différentes questions émanant des élus du Peuple mais qui malheureusement avaient débordé du cadre initial. En effet, la question orale avec débat initiée par Jean-Pierre BUSE concernait pour l’essentiel la situation sécuritaire de la province de l’Equateur marquée particulièrement par l’occupation du chef-lieu par des éléments dénommés ENYELE durant toute la journée de dimanche 4 avril dernier.

Selon les services du Secrétariat de l’Assemblée nationale, l’on a dénombré plus de 175 questions posées par les députés, toutes tendances confondues, et touchant tous les secteurs de la vie nationale. Un véritable fourre-tout qui n’a pas permis au Premier ministre de répondre immédiatement aux préoccupations de la représentation nationale. On croit savoir que le délai légal et réglementaire demandé et obtenu par Adolphe MUZITO lui servira à bon escient à rencontrer de manière détaillée les questionnements des membres du pouvoir législatif.

Sous d’autres cieux, particulièrement dans les Etats aux régimes parlementaires comme en France, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Italie, cet exercice se déroule tous les jours et le Premier ministre est obligé de répondre immédiatement. Cela, parce qu’à côté des questions d’actualité brûlante de l’heure, les députés obéissent à un calendrier convenu au préalable. De l’avis de nombreux membres du parlement congolais, cette nouvelle tradition va désormais se soumettre à un calendrier des matières afin que les membres du gouvernement se préparent en conséquence et que les débats soient tout aussi clarifiés que moins passionnés pour le bonheur des téléspectateurs que l’on sait nombreux devant leurs petits écrans.

Selon le règlement intérieur de la chambre basse, l’auteur de la question orale avec débat peut la transformer en motion de défiance au cas où il estimait que les réponses fournies pat l’interpellant ne le satisfont pas. Mais pour cela, il doit réunir un nombre bien requis des signatures à ce sujet. Ca s’annonce chaud ce matin.

F.M.   

LEAVE A REPLY

*