Multiplicité des taxes : le gouvernement rassure la Fec

0
60

A l’invitation de la Fédération des entreprises du Congo (Fec), le ministre de l’Economie nationale, Bulambo Kilosho s’est employé, mercredi 06 octobre au siège du patronat, à rassurer les opérateurs des efforts consentis par le gouvernement pour réduire les tracasseries liées à la perception des taxes. 

            La délégation gouvernementale était conduite par Bulupuy, vice-premier ministre et ministre de Ptt, reçu à la Fec en sa qualité de président de la commission économie et reconstruction.

            Invité à lancer le débat, le vice-premier ministre a renvoyé l’assistance au dernier face à face Muzito-Fec, il y a deux mois, pour expliquer que le gouvernement reste bien ouvert à tout dialogue touchant l’ensemble de la communauté nationale.

 Il a, dans son intervention, reconnu qu’il y des problèmes certes, mais souligné qu’ils ont besoin de solutions urgentes. Il s’est inspiré du mémo déposé au premier ministre par le patronat dans son ensemble et dans lequel les opérateurs économiques se plaignaient de l’existence d’une double taxe, pratique très présente en provinces. Tout en reconnaissant la plainte formulée par le monde des affaires, Bulupuy a déclaré être d’avis qu’il faille mettre fin aux tracasseries. « Le monde des affaires est cette poule aux œufs d’or et qu’une politique efficace ne peut que s’exercer sur une économie florissante », a fait observer ce membre du gouvernement qui a, sur-le-champ, insisté sur la nécessité d’un dialogue permanent et d’une synergie entre le monde des affaires et les sphères politiques. Il a invité les uns et les autres à avoir à l’esprit que le développement ressemble bien à cette rivière que l’on doit traverser et dont on ne doit pas avoir peur de la profondeur. Il a quitté les opérateurs en espérant que les préoccupations qu’ils attendaient porter à la connaissance du ministre de l’Economie trouveront des pistes de solutions nécessaires à l’essor des affaires mais à donner en sus des moyens nécessaires à l’Etat pour sa politique de développement.

Le président de la commission Commerce et Pme de la Fec, Dieudonné Kasembo a insisté sur le devoir régalien du gouvernement d’assurer la poursuite de l’assainissement du climat des affaires dans le pays. Il a déclaré se réjouir de la disponibilité du gouvernement à s’annoncer à toute invitation du patronat avant de porter à la connaissance du ministre une série de plaintes maintes fois formulées mais auxquelles, à ses yeux, les réponses tardent à venir. C’est le cas de certaines provinces qui perçoivent des taxes plus d’une fois sur une même marchandise « en violation de la loi et du règlement en la matière ». Il a été donné d’apprendre qu’il est observé une résistance dans le chef de certains gouverneurs de provinces passés maîtres dans la multiplicité des taxes au nom de «  la libre administration des provinces ». C’est notamment le cas dans le Bas-Congo et à Kinshasa.

            A la principale plainte formulée, le ministre de l’Economie, Bulambo s’est voulu rassurant. Il a, d’entrée de jeu, noté que la rencontre s’inscrit dans le cadre de la gouvernance économique et qu’un cadre officiel a été bien aménagé pour tout litige touchant le secteur économique. Il s’agit du cadre permanent de concertation économique. Le ministre a rappelé que partisan de la libéralisation des affaires, le gouvernement – comme l’indiquait Bulupuy – place la concertation avant tout dans l’optique de créer un environnement propice aux affaires. Il a dit s’opposer farouchement aux édits instaurant des taxes émis en cours d’année, en violation de la procédure. Il a estimé que la solution alternative, pour les exécutifs provinciaux, est d’organiser un collectif budgétaire et revenir à l’Assemblée provinciale. Bulambo a expliqué que les taxes ainsi perçues au niveau national par le gouvernement central se délestent de 40% à destiner aux provinces. Et dit ne pas comprendre que les mêmes provinces, pourtant bénéficiaires, retournent à l’assujetti pour prélever les mêmes taxes. « Comprenez, ce sont les petits accrocs de jeunesse », a lâché le ministre qui envisage, dans les tout prochains jours, organiser une itinérance en provinces. Objectif : vider le flou entretenu autour de la perception des taxes.                     

       D-I.K   

 

LEAVE A REPLY

*