Le MRL n’est pas d’accord

0
60

Le  Président National du Mouvement des Réformateurs Libéraux (MRL)
et député national Patrick Thierry André Kakwata se dit indigné par ce
communiqué du ministère des affaires étrangères et coopération
internationale qui a ainsi décidé de rendre caduque l’usage d’anciens
passeports, même ceux qui sont encore valables.

Selon le communiqué, les détenteurs de ces passeports ne pourront
plus être autorisés à franchir la frontière tant à l’entrée qu’à la
sortie du territoire national ».
Par ailleurs, pour les congolais se trouvant à l’extérieur du
territoire national et qui rentrent au pays, l’ancien passeport leur
devra être récupéré dès qu’ils foulent le sol congolais tout en leur
remettant une copie devant les aider à acquérir le nouveau passeport.
Pour Patrick Kakwata, cette situation ne va pas dans le sens de
faciliter la vie aux ressortissants congolais qui devront encore
débourser de l’argent pour avoir les nouveaux passeports alors que les
leurs sont encore valides.
Vu la situation sociale actuelle, une telle mesure vient rajouter de
la souffrance aux problèmes que les congolais connaissent déjà.
Par conséquent le MRL demande à l’Assemblée nationale de se saisir de
ce dossier pour le bien être de la population.
Le Président du MRL demande aussi au gouvernement de revoir ou
reporter cette décision. En Principe, un passeport ne perd pas sa
validité avant échéance.
Pour rappel, une enquête de l’agence de presse Reuters rendue
publique en Avril a épinglé des pratiques qui rendent les passeports
congolais parmi les plus chers au monde. Il y va de la crédibilité de
notre pays et de ses documents d’identité qui ne cessent de changer
régulièrement au risque de remettre en cause leur fiabilité.
Cela risque de passer auprès de l’opinion comme un moyen dont se
servirait le ministère pour s’enrichir sur le dos de la population.
Pour Patrick Kakwata, il est normal que les efforts soient fournis
dans le sens de rendre nos passeports plus sécurisés . Mais cela ne
devrait pas être fait au détriment du bien être de la population.
Fait à Kinshasa,
le 16 Septembre 2017