Motion contre Kitebi : nouvelle prolongation

0
26

   kitebi Prévue pour hier mercredi 5 novembre 2014, la plénière de l’Assemblée nationale consacrée à l’examen de la motion de défiance contre le ministre délégué auprès du Premier ministre en charge des Finances, Patrice Kitebi, a été de nouveau reportée au vendredi 7 novembre 2014,  au Palais du peuple. Le communiqué du bureau de l’Assemblée nationale diffusé sur la RTNC3 n’a pas donné les détails sur les raisons officielles de ce report, en dépit du fait que le ministre visé par la motion se trouve bel et bien à Kinshasa, la capitale.
On rappelle que la semaine dernière, le même texte avait été recalé au niveau du Bureau de l’Assemblée Nationale, au motif qu’il ne réunissait pas le quota de signatures requises pour sa validité. Le président de la Chambre basse du Parlement avait laissé entendre que certains députés avaient retiré leurs signatures, ce qui avait fait monter la tension dans le camp des élus de l’Opposition, qui soutenaient le contraire, martelant que leur comptabilité à eux faisait plutôt état d’un large dépassement du quota légal. Il avait fallu une séance d’harmonisation au niveau de la conférence des présidents pour constater que la motion articulée par l’honorable Samy Badibanga était conforme aux prescrits de la loi.
Cette motion continue d’alimenter le débat tout simplement parce que l’interpellé est ministre des Finances et que les fonds querellés sont consignés, au niveau du budget national, dans la rubrique des frais de fonctionnement du Porte-parole de l’Opposition. Nombre de députés de l’Opposition soupçonnent leurs collègues de la Majorité de vouloir bloquer l’initiative de Badibanga.
Mais, contre toute attente, un député du groupe parlementaire MLC, Germain Kambinga, s’est affiché dans plusieurs médias pour affirmer que la motion contre le patron des Finances initiée par ses pairs de l’Opposition parlementaire péchait contre la forme et le fond.
Indigné par cette déclaration émanant d’un député de son groupe parlementaire, Alexis Lenga, a remis les pendules à l’heure en relevant que la position de Kambinga n’engageait que son auteur. Il a rappelé que 13 députés du groupe parlementaire MLC et alliés ont apposé leurs signatures sur cette motion déposée au bureau de l’Assemblée nationale.
En sa qualité de corédacteur de la motion, Alexis Lenga a soutenu que la motion précitée a obéi à toute la procédure exigée par la Constitution et le règlement intérieur de l’Assemblée nationale.
Signalons que dans le même dossier, un autre son de cloche est venu de la Majorité, plus précisément du député national Francis Kalombo, qui juge cette motion sans objet. Il a fait savoir que les fonds destinés à l’Opposition n’ont pas été détournés mais plutôt utilisés pour d’autres urgences de la république, étant donné que cette opposition parlementaire n’a pas été capable de se mettre d’accord pour choisir son porte-parole, ordonnateur des ces fonds. Bref, dans son entendement, il n’y a pas eu détournement des fonds. Leur traçabilité est claire dans la rubrique des dépenses.
Les partisans de la motion pour leur part mettent en garde contre toute tentative qui consisterait à recaler la motion de défiance contre Patrice Kitebi. Le député Kolela de l’Opposition parlementaire, qui crie déjà à la corruption, dénonce une motion incidentielle qui se préparerait dans les officines de la Majorité parlementaire, pour étouffer dans l’œuf leur motion, qui s’inscrit pourtant dans la logique du contrôle parlementaire.
Jean-Claude Vuemba a enfoncé le clou en menaçant d’initier une motion de défiance contre le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku.
ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*