Motema Pembe devant un feu rouge le regroupement défensif de l’AS FAN

0
65

L’Association Sportive des Forces armées nigériennes (AS FAN) est arrivée mercredi à Kinshasa munie de son avance, 1-0, acquise devant le DC Motema Pembe de la RDC, au stade Général Seyni Kountché, à Niamey, en match aller des 8èmes de finale de la 7ème Coupe de la Confédération, le samedi 23 avril dernier.

A la maison, le «onze» orange et blanc nigérien avait opéré avec 5 défenseurs, 1 récupérateur, 3 demis et 1 attaquant de pointe. Sa philosophie avait été manifestement la contre-attaque. Changera-t-il sa manière d’évoluer loin de ses bases? Il est permis d’en douter…

Cet après-midi-là, à la manette se trouvait le géant Pelé Koné, porteur du dossard 6, adossé à sa ligne arrière. Plaque tournante, presque toutes les balles de relance transitait par lui. En fait, il offrait les possibilités d’appui aux latéraux Benya et Diogo Ibrahim, le capitaine, ainsi qu’à ses stoppers Traoré et Kader Ahmadou, la tour de contrôle du secteur. La ligne de conception et de percussion était formée de Hinsa Issoufou au centre, Ali Seidou à gauche et Kevin à droite. Celui-ci se prenant pour le meilleur jongleur de son équipe avait abusé du port des balles et des dribbles tentées avec nonchalance à partir du flanc où il avait été positionné. Il avait été le premier à regagner le banc (59ème). Le trapu avant-centre, Abdoulaye Mohamed, surnommé «le taureau», avait été laissé seul au front pour terminer les actions amorcées. Il en avait conclu une seule sur un relâchement de Lino Masombo, pris de vitesse sur plus de 20m, en la  ponctuant d’un pointu, à la 32ème minute : 1-0. Toutes les composantes de l’AS FAN s’étaient alors installées dans un complexe de supériorité qu’expliquent leurs retentissants résultats enregistrés aux tours précédents devant Issia Wazi de la Côte d’Ivoire et, surtout, face à l’Etoile Sportive du Sahel de la Tunisie avec 6 titres africains dont la 11ème Ligue des champions de la CAF, en 2007.

Englués dans cette attitude, les militaires nigériens n’étaient pas parvenus à s’en dépouiller, n’agissant plus que par à-coups. Ce qui avait bien servi le club kinois. Avec l’entrée de Tusilu Bazola (47ème) et Mukuna Mudipay «Céléo» (75ème), le commandement des opérations avait changé des mains. L’enthousiasme était communicatif. Avec Lomboto Lokinga et Saleh Saleh bénéficiant du soutien de Nsimba Mukanu, le terrain avait été quadrillé au point que les meilleures actions étaient à l’actif des visiteurs. Mukuna (75ème) avait gagné son face-à-face avec le gardien nigérien Losseni Doubia, effacé d’un coup de rein qui avait malheureusement poussé le ballon un peu plus loin de telle manière que lorsqu’il l’avait rattrapé, l’angle était fermé par Kader Ahmadou en dédoublement sur sa ligne et collé à son piquet. L’attaquant du DC Motema Pembe avait alors choisi d’adresser en force une passe à ras du sol qui avait longé la ligne des buts avant de sortir de l’autre côté du terrain. Tusilu (89ème), impliqué dans un énorme cafouillage, avait vu sa tentative d’égalisation repoussée pour se transformer en un contre foudroyant qui, grâce à la Providence, n’avait pas pu être traduit en second but.

Ce samedi, au stade des Martyrs, il est attendu que le DC Motema Pembe affiche le même visage qu’en deuxième mi-temps à Niamey quoiqu’affecté quelque peu par l’absence du portier Matampi Vumi Ley, coupable «d’injure à l’endroit de l’arbitre gambien Gassama Bakary Papa» pour un problème du dossard imparfaitement collé sur la vareuse probablement un cadeau de son petit-frère, Nkela Nkatu Guelord, aujourd’hui au sein du FC Mons, en Ligue 2 belge. A la 36ème minute, la partie avait même été arrêtée pour lui permettre d’avoir une tenue correcte. Les mots échangés avec le referee coûtent très cher à l’équipe obligée de recourir à sa doublure, Mputu Mambu. Suspension préventive en attendant l’examen de son dossier par la Commission de discipline pour une sanction définitive. Il en est de même de Bolafesa Lomande, punie pour la même infraction, tandis que le stopper capitaine du match, Landu Makela, l’est pour cumul des cartons.

Demain, le DC Motema Pembe qui retrouvera ses traditionnelles couleurs, vert et blanc, sera soulagé par le retour de son capitaine Gladys Bokese, écarté momentanément pour avoir essuyé deux cartons jaunes lors de deux rencontres livrées, en 16èmes de finale, contre le Football Canon 105 du Gabon. Il aura à ses côtés Isama Mpeko et Bivala Nkembi tout en formant de nouveau l’axe avec Lino Masombo afin de marquer des adversaires convaincus de récidiver pour avoir obtenu leurs qualifications antérieures à l’extérieur. Mais, la possession de la balle devra être assurée par Nsimba Mukanu, Sunda Pembele et Lomboto Lokinga pour en priver aux éléments de l’AS FAN qui excellent également dans le domaine dont il ne faudra jamais leur en laisser le contrôle. Un antidote devra être mis en place pour que leur regroupement défensif dense ne puisse pas agir dans le sens d’annihiler les velléités offensives congolaises. L’interrogation proviendra de l’utilisation de Mukuna et Tusilu. Le seront-ils à l’entame ou attendront-ils que se fatiguent d’abord les défenseurs nigériens ? Voici venu aussi le temps pour l’avant-centre Tshilembi Tshilembi de se montrer percutant et efficace dès l’ouverture des hostilités, sans verser dans la précipitation, pour déverrouiller le système de vigilance constitué par Traoré et Kader  Ahmadou.

 MAZEMBE, PRESERVER SON STATUT DEVANT DJOLIBA

Dimanche, ce sera le tour du TP Mazembe de préserver son statut devant la formation malienne de Djoliba, pour le compte de la deuxième manche des 8èmes de finale de la 14ème Ligue des champions de la CAF (Confédération africaine de football). A l’aller, le 25 avril, au stade Modibo Keita, à Bamako, il l’avait emporté par 1-0, but du capitaine Trésor Mputu Mabi (51ème sur penalty).

Depuis, cette performance, l’équipe lushoise s’était repliée sur Dakar, au Sénégal, pour peaufiner sa préparation. Elle est attendue aujourd’hui à Kinshasa. Il va falloir ne pas relâcher la pression parce que, souvent, devant un opposant technique, elle éprouve beaucoup de difficultés pour atteindre la vitesse de croisière.

SIKI NTETANI MBEMBA

LEAVE A REPLY

*