Moscou pour l’assistance directe aux Congolais

0
12

Plusieurs sujets d’actualité tels que la position officielle russe à la 65ème session de l’Assemblée générale de l’Onu, l’aide humanitaire russe à la RDC via le Programme Alimentaire Mondial(PAM), la coopération bilatérale russo-congolaise …, ont été au cœur de l’entretien que l’ambassadeur de la Fédération de Russie en République Démocratique du Congo, Anatoly Klimenko, a eu avec la presse nationale, hier jeudi 16 septembre 2010. 

         En effet, au cours de cette rencontre organisée dans les locaux de la représentation de la Fédération de Russie en RDC, Anatoly Klimenko a confirmé la volonté de Moscou de poursuivre son assistance directe à la population congolaise victime de la situation précaire à l’Est. 

A titre exemplatif, a-t-il fait noter, l’aide humanitaire d’une valeur de 2 millions USD présentée récemment par la Fédération de Russie est en train d’être distribuée en grande partie, dans l’Est dont le Nord-Kivu, par l’entremise du Programme Alimentaire Mondial(PAM). « Cette contribution est également censée réconforter les personnes déplacées et les retournés, ainsi que les enfants malnutris et les femmes enceintes », a clamé l’ambassadeur. Par ailleurs, il a rappelé que l’année passée déjà, un autre geste a été posé, à travers le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés(HCR), et était constitué des mini-groupes électrogènes, des tentes, des couvertures et autres.

         Pour Anatoly Klimenko, cette initiative s’inscrit dans la logique de l’intensification de la participation russe à l’assistance au développement. Car Moscou s’est chargée notamment des obligations de prêter en 2010-2011 l’aide aux plus pauvres pays africains dans la lutte contre les maladies infectieuses, la « pauvreté énergétique », ainsi que pour renforcer le système de l’enseignement pour le montant de plus de 1 milliard USD dans le monde entier. 

Réforme du Conseil de sécurité de l’Onu : la position russe 

         En marge de la 65ème session de l’Assemblée générale de l’Onu, le représentant du Président Dmitri Medvedev a donné la position officielle de son pays sur les grandes questions qui seront examinées durant cette rencontre. Parmi lesquelles la reforme du Conseil de sécurité de l’Onu dont le but principal, selon l’opinion mondiale, est l’augmentation continue de son efficacité. La Russie soutient l’idée de rendre le Conseil plus représentatif. Cela dit, explique-t-on, les Russes sont persuadés qu’il est important de conserver sa compacité (pour nous cela signifie un peu plus de 20 membres) afin de garantir une réaction adéquate et rapide aux crises émergeantes. « Comme le démontrent les négociations intergouvernementales sur la reforme du Conseil de sécurité, aucun des modèles proposées de cette reforme ne bénéficie d’un large soutien à ce stade. Dans ces conditions les tentatives de soumettre tel ou tel schéma au vote diviseraient inévitablement l’Assemblée générale. Le seul choix, c’est celui de continuer un travail patient de rapprochement des positions dans le cadre du processus des négociations déjà en cours, sans se poser aucuns délais artificiels pour la prise des décisions sur ce sujet sensible pour plusieurs Etats membres » font noter les Russes. En définitive, pour eux, c’est uniquement ainsi qu’il sera possible d’élaborer la formule de la réforme du Conseil de sécurité qui bénéficierait d’un consensus maximal, beaucoup plus large que les 2/3 des voix des Etats membres prévues par la Charte de l’Onu.

         Toutefois, en ce qui concerne le droit de veto, pour les compatriotes de Vladimir Poutine, il n’en est pas question de son abolition ou restriction pour les actuels membres permanents du Conseil de sécurité. « Leurs prérogatives doivent demeurer immuables! » ont-ils clamé. 

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*