Mortalité maternelle et infantile :la RD Congo a encore du pain sur la planche

0
55

Du 3 au 7 fevrier 2014, une délégation des partenaires internationaux du secteur de la santé a eu à effectuer une mission en RDC. Cette mission était conduite  par Ariel Pablos de l’USAID et Luc de Bernis, conseiller de l’UNFPA.

Cette mission était conjointement organisée avec le H4, un regroupement des structures des Nations Unies qui réunis :

L’UNFPA, l’UNICEF, l’OMS, L’ONU SIDA, l’ONU FEMMES et la Banque Mondiale .

C’était à l’occasion d’une séance de restitution, suivie d’un point de presse que des éclairages ont été fournis quant à l’objet de cette visite. Elle a eu lieu le vendredi 7 fevrier 2014 à la direction d’études et planification (DEP) du ministère du Plan.

En effet l’objet de cette mission était d’évaluer les efforts fournis par la République Démocratique du Congo concernant la question de la mortalité maternelle et infantile et revoir ensemble les voies et moyens de renforcement de la lutte contre ce fléau.

            Le ministre de la Santé-Publique, qui a présidé ces moments d’échanges, a saisi l’opportunité pour remercier les membres de la délégation.

            Avant la mise sur pieds d’un comité de suivi des résolutions afin de concrétiser le chronogramme qui a été arrêté dans le cadre de cette lutte.

            Félix KABANGE a ajouté que les années 2014 et 2015 sont très déterminantes pour la mortalité maternelle et infantile.

            Le ministre a également signalé que des ressources additionnelles s’avèrent nécessaires afin de permettre de couvrir le cadre d’accélération prévu d’ici 2015 où, il espère voir le pays faire un pas de géant.

            Conscient des défis qui attendent la RDCongo, Félix Kabange a confirmé l’accompagnement du gouvernement. il a souligné l’importance du sens de recevabilité, car chaque dollars qui sera investi devra nécessairement arriver à destination.

            Notons que plusieurs éléments avaient été énumérés lors de ces échanges. Il s’agit notamment de la mobilisation des ressources qui est un élément capital.

            La stratégie des paquets d’intervention, les barrières familiales qui sont un grand problème en RDC. La question des médicaments (harmonisation de l’ensemble de commande et des distributions afin d’assurer la couverture de nombreuses zones encore non-couverte a été abordée. Le problème des ressources-humaines notamment des sages femmes, recrutements aussi.

            L’absence de données fiables ne permet pas d’avoir des données améliorés dans les systèmes de routines encore indispensables (causes de decès, nombre de décès,…). La nécessité de coordonner les efforts et les informations

            L’engagement à faire un plaidoyer pour la RDC au niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies ainsi qu’au niveau international a été pris.        Melba Muzola 

LEAVE A REPLY

*