La Monusco refuse de se substituer à la PNC

0
208
Maman_Sidiku-400x300Les questions tournant autour de la sécurisation des obsèques du président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, étaient au centre de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission des Nations Unies de ce mercredi 8 janvier 2017, animée par le porte-parole de la Monusco, Félix Prosper Basse, au quartier général de la Mission onusienne.
Concernant la position de la Monusco face à la demande de la population de la voir assurer la sécurisation des funérailles du leader de l’opposition en lieu et place de la Police Nationale Congolaise postée autour du périmètre de la permanence de ce parti. Félix Basse a indiqué que la Monusco n’a pas pour mission de se substituer aux forces nationales, mais plutôt d’apporter son appui au gouvernement congolais dans ses efforts de la sécurisation des personnes et bien sur toute l’étendue du pays.
Tout en notant que pour cette question, l’on devrait plutôt se référer aux autorités du pays, Félix Basse a réaffirmé par ailleurs la volonté et la détermination de la Monusco de fournir son soutien aux autorités gouvernementales congolaises pour renforcer la sécurité à travers tout le pays.
            Saisissant cette occasion, le porte-parole de la Monusco a, au nom de la mission, appelé tous les Congolais au calme en mémoire du disparu, en assistant et en le pleurant collectivement.
Questionné également sur le sort de l’Accord du 31 décembre quant à sa mise en œuvre après la mort d’Etienne Tshisekedi, il a indiqué que l’espoir est permis. Dévoilant leur compassion, il a fait savoir que c’est avec tristesse et consternation qu’ils ont appris la mort du patriarche, et noté qu’en mémoire d’Etienne Tshisekedi, les politiques congolais devraient plutôt redoubler d’efforts en vue de la mise en œuvre prochaine de cet accord qui devra mener le pays vers des élections crédibles, apaisées et démocratiques au travers du gouvernement de transition. Le porte-parole de la Monusco a mis en exergue le bien-fondé de la suspension des travaux sur l’arrangement particulier afin de saluer la mémoire de celui qui a milité pour l’instauration de la démocratie et de la liberté en République Démocratique du Congo.
            Ce dernier a soutenu également que le respect de l’accord ne revient pas seulement au gouvernement, mais à tous les acteurs qui ont pris part à ces négociations facilitées par la Conférence Episcopale Nationale du Congo. Il a ainsi encouragé les différentes parties prenantes de l’Accord de la Saint Sylvestre à aller de l’avant en finalisant les travaux de l’arrangement particulier en vue de sa mise en œuvre tant attendue par la population et aller ainsi à l’essentiel, notamment, le gouvernement d’union nationale et les élections.
 
Phénomène BDM : une mission d’évaluation dépêchée sur terrain
            La Monusco a exprimé également sa préoccupation sur la situation des tueries qui ont eu lieu ces derniers jours entre les adeptes de la secte Bundu Dia Mayala et les agents de la Police nationale à Kimpese dans la province du Kongo Central. Se prononçant quant à la position de la Monusco qui, a-t-il dit, a toujours condamné la violence d’où qu’elle vienne, Félix Prosper Basse a annoncé une mission projetée sur terrain dès aujourd’hui en vue d’évaluer la situation exacte. Il s’agit d’une équipe pluridisciplinaire composée notamment de l’équipe des Droits de l’homme.
 
Myriam Iragi