Moïse Katumbi dénonce les manipulations du pouvoir

0
222
1. Nominations respectives de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi comme Président politique et Président du Conseil des sages du « Rassemblement »
Le jeudi 2 mars 2017, la grande famille de l’opposition congolaise à laquelle j’appartiens, le « Rassemblement des forces politiques acquises au changement, a nommé Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi respectivement Président politique et Président du Conseil des sages. Je tiens à féliciter mes deux compagnons de lutte. Félix Tshisekedi est le digne successeur de son père. dont il a hérité les talents, en particulier l’énergie et l’abnégation. Il saura mener notre famille politique dans son combat pour l’alternance. Pierre Lumbi, quant il lui. est un infatigable défenseur de l’Etat de droit. Ses grandes qualités humaines et politiques seront précieuses pour relever le défi démocratique de notre pays.
            Les désignations de Félix Tshisekedi et de Pierre Lumbi sont d’excellentes nouvelles pour l’opposition congolaise. Tout d’abord, nous avons montré notre capacité à nous réorganiser rapidement et efficacement. contrairement â la majorité présidentielle Qui n’a toujours pas désigné de dauphin au Président Kabila, pourtant en fin de mandat.
            Nos nominations résultent d’un large consensus qui a démontré l’unité des  différentes plateformes qui composent le (Rassemblement). Malgré les tristes circonstances, nous avons pu nous unir pour le bien du peuple et la poursuite de notre combat pacifique pour la démocratie. Tous les Congolais peuvent désormais compter sur un « Rassemblement » solide, uni, déterminé à conduire la RD Congo sur le chemin de l’alternance. Nous poursuivrons et ferons aboutir l’oeuvre de feu le Président Etienne Tshisekedi, notre modèle, à qui je souhaite rendre un nouvel hommage appuyé aujourd’hui.
 
2. Les tentatives de manipulation par le régime au pouvoir
Alors que le régime en place tente honteusement de nous déstabiliser en manipulant et en achetant certains de nos membres. l’unité et l’engagement du Rassemblement doivent être particulièrement salués. Ceux qui cèdent doivent savoir qu’ils jouent le jeu d’un régime cynique qui va à l’encontre de l’aspiration du peuple. Le poids de ces dissidents au sein du «Rassemblement» est marginal tout comme leur rayonnement au sein de la population. Les plateformes auxquelles ils appartiennent ont toutes validé et pris acte des nominations de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi. Je rappelle ici que le «Rassemblement» est un regroupement de plateformes et non de personnalités politiques. Si certains s’opposent aux nominations, ils sont libres de quitter le mouvement.
 
Je mets en garde le pouvoir :  ses manoeuvres basses et méprisables restent sans effet. Notre mouvement est et demeurera à jamais uni et farouchement déterminé à faire accomplir le destin démocratique de la RD Congo.
 
3. La mise en application de l’accord du 31 décembre 2016
            Pour parvenir à cet accomplissement, il est urgent d’appliquer l’accord du 31 décembre 2016. Cet accord constitue le socle de la légitimité de toutes les institutions électives de notre pays arrivées aujourd’hui en fin de mandat: Présidence de la République, gouvernement, Assemblées nationales et provinciales, gouverneurs de provinces. Si raccord n’est pas rapidement mis en application, notamment par la nomination d’un nouveau gouvernement dont le Premier Ministre sera présenté par le « Rassemblement», toutes ces institutions perdront leur légitimité, le peuple ne ‘les reconnaitra plus. L’accord doit être appliqué immédiatement.
 
 4. La responsabilité du gouvernement dans la dégradation de la situation sécuritaire
 
            Il est aussi urgent de faire cesser la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. Les foyers d’instabilité se multiplient aux quatre coins de la RD Congo avec des nouvelles tueries quotidiennes. Comme la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) l’a relevé, cela n’est pas le fait du hasard. Ces troubles meurtriers servent de prétextes au gouvernement pour retarder la tenue des échéances électorales. Ces méthodes inhumaines doivent être unanimement condamnées. Quoi qu’il en soit, s’il n’est pas directement coupable, le pouvoir est responsable de cette situation tragique car il est incapable de protéger le peuple congolais.
             En conclusion, face à cette situation de crise causée par le pouvoir, j’appelle le peuple il refuser d’être tenu en otage. Je l’invite à être vigilant à réclamer avec force et constance les élections et à s’opposer à toute tentative de changement constitutionnel, notamment par voie référendaire.
            Nous. au « Rassemblement », ne tolérerons pas plus longtemps la mauvaise foi et les méthodes criminelles d’un régime dont le seul objectif est de se maintenir au pouvoir au détriment même de la vie des Congolais.
            Notre combat pacifique pour l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit, nous le gagnerons. J’y mettrai toute mon énergie et ma détermination, en tant que citoyen congolais engagé et candidat à l’élection présidentielle. Je serai de retour dans mon pays bientôt pour mener cette lutte aux côtés de mes compatriotes et la faire triompher car il n’existe nul avenir en RD Congo en dehors de l’alternance et de la démocratie.
 
Vive la République Démocratique du Congo !
Moïse Katumbi