Mois de la femme : Me Marie Mutinga Kyet sensibilise sur l’égalité des chances

0
104

« Les femmes doivent  se lancer dans le combat pour l’égalité des chances dans tous les domaines, afin de matérialiser l’objectif de gagner le pari à l’horizon 2030 ». Cette affirmation est de Me Marie Mutinga Kyet, présidente du Conseil d’Administration du Collectif des ONG de la Société civile dans le secteur de l’Agriculture, l’éducation et la santé (Cosces).  Elle a renouvelé cet engagement la semaine dernière au cours d’une cérémonie organisée dans le nouveau site de Cosces, au quartier Lingundu dans la commune de Nsele.

Parlant du thème de l’année, la Présidente de Cosces a fait savoir que « Les Nations Unies nous convient à la réflexion sur le combat à mener contre les inégalités liées au sexe dont nous sommes victimes depuis des siècles ; cette réflexion devra tourner autour du thème : «Planète 50-50, franchissons le pas pour l’égalité de sexe ». Ainsi, elle a invité les femmes à se lancer dans le combat pour l’égalité des chances dans tous les domaines afin de matérialiser l’objectif de gagner le pari à l’horizon 2030.

Et Mme Mutinga a reconnu que malgré certaines avancées réalisées dans la promotion de la femme, beaucoup reste à faire. « En effet, les discriminations à l’égard de la femme dans le secteur de l’éducation, de la formation professionnelle et l’égalité des chances hommes et femmes sont encore sujettes à caution ». Elle a néanmoins noté avec satisfaction que certaines revendications majeures des femmes ont déjà trouvé gain de cause ». A titre indicatif,  le droit de vote et l’accès aux fonctions publiques.

Au niveau du Cosces, a-t-elle ajouté, quelques actions d’autonomisation de la femme ont été entreprises en créant une mutuelle d’épargne et de crédit qui a connu quelques difficultés d’assimilation des principes fondamentaux par ses membres. Tirant les leçons de cette expérience, tout est mis en œuvre pour relancer dans un proche avenir cette activité, en commençant par la formation des membres bénéficiaires et l’augmentation des capacités des membres chargés de la gestion.

C’est dans ce cadre qu’elle a salué le partenariat dynamique qui lie désormais  Cosces à Cuso International qui pourra aboutir à la création cette année de la mutuelle de santé.

Les femmes de Cosces étaient mobilisées avec T-shirts, banderoles et pancartes sur lesquels on pouvait lire entre autres « Non à la violence faite à la femme », « Non à la violence conjugale », « Oui à la parité Homme-femme », « Oui à l’égalité liée au sexe », « Oui à la participation citoyenne équilibrée entre Hommes et femmes »…

Prenant à son tour la parole, Mamadou, le représentant pays de Cuso International, s’est dit impressionné par le travail abattu par Cosces dans l’encadrement des femmes. Son organisation entend travailler davantage pour créer des conditions pour que les femmes puissent avoir les mêmes droits que les hommes.

« Cuso International envisage de mettre en place un programme spécial sur les personnes exclus dont les femmes aux services sociaux de base. Les femmes jouent un rôle important dans le développement économique de nos activités de tous les jours », a ajouté M. Mamadou devant plusieurs convives dont le représentant régional de Cuso international.

Il convient de rappeler que la journée a connu une ambiance festive avec la prestation de certains groupes folkloriques (Bayudas Junior et Babeen…) suivie d’une exposition de plusieurs produits maraîchers, de l’artisanat ainsi que des photos de femmes  de membres de Cosces.    M.L.