Mme Bongolo  Cyprienne porte son regard sur les politiciens congolais

0
250

Politologue de formation, Bongolo Cyprienne est fonctionnaire au ministère de la Coopération Internationale. De part sa formation académique, elle s’intéresse beaucoup à la politique. Elle compte à l’avenir  se lancer dans la politique. Pour le moment, elle est dans l’Administration publique parce qu’elle n’est attirée par aucune organisation politique. Sa passion, c’est suivre les émissions de grands débats organisées sur des chaînes des radios et télévisions de la place et même sur des chaînes étrangères. Pour elle, c’est une
façon de se cultiver et de se former sur des questions de la gestion de la cité.

Quel regard portez-vous sur les partis politiques et les politiciens ?

Le foisonnement des partis politiques dans notre pays est
l’expression de la maturité politique des Congolais. Ces derniers, au
travers des  leaders des partis politiques, ont des ambitions qui sont
en fait  des motivations en vue de  montrer leur volonté en tant que
citoyens soucieux de changement positif dans le pays. L’idée première
reste le changement positif dans la lutte pour la conquête du pouvoir.
Malheureusement, sur le terrain, ce sont des intérêts personnels si
pas des intérêts des fondateurs qui sont poursuivis.
Les échanges d’idées lors des débats contradictoires prouvent la
grande maturité politique, l’intérêt des personnes  à la politique et
surtout l’éveil de la conscience dans la population.
J’approuve le courage qui anime les politiciens des différentes
tendances politiques pendant des émissions des grands débats. Les uns
et les autres sont très critiques envers ceux qui ont la gestion du
pays.

Qu’attendez-vous  des  politiciens ?
Les partis politiques sont indispensables au fonctionnement du
système démocratique. L’objectif des partis politiques est la conquête
du pouvoir, son exercice et la monopolisation du pouvoir. Toutes les
activités, les idées, les projets de société se croisent pour réaliser
cet objectif. De plus, pour atteindre cet objectif, les partis
politiques ont besoin du soutien populaire. Ils doivent pour cela
orienter les actions, les programmes de leurs partis politiques vers
les attentes des populations. Cela exige des  partis politiques d’être
des partenaires indispensables dans le processus de bonne gouvernance
car, en tant que représentants des populations, ils peuvent contrôler
et influencer les actions du pouvoir exécutif à travers les débats
politiques, notamment à l’Assemblée nationale, dans les médias ainsi
qu’à travers la formation et l’éducation civique de leurs militants.
Les observations et les critiques possibles des partis politiques
peuvent pousser le pouvoir en place à mieux rendre compte de son
action et de sa gestion. Ils peuvent faire des propositions ou
apporter des contradictions aux décisions et aux actions du pouvoir en
place et faire voter des lois. De plus, les partis politiques peuvent
initier des sanctions contre pouvoir en place à travers des
propositions de censure à l’Assemblée national.

Quel projet de société proposent-t-ils aux partisans ?
Aucun programme de société n’est présenté et pendant la campagne
électorale, la mobilisation des partisans et la conquête des électeurs
sont plus liée aux objets offerts et aux fausses promesses des
lendemains meilleurs. Certains  regroupement se font par fanatisme ou
de manière familiale ou tribale, juste pour le positionnement.
Personnellement quand je me mets à considérer les comportements et
les attitudes des leaders des partis politiques, cela me fait reculer
pour adhérer à une organisation politique.

Que dites-vous de l’implication de la femme au processus électoral ?
Je dirai que les femmes peuvent constituer un électorat important, si
elles se rendent comptent de leur poids numérique.  Il y a des Ongs
qui s’occupent de la question afin de voir les femmes se présenter
massivement comme candidates et des femmes aux élections.
Généralement, ce sont les femmes des partis politiques et celles qui
sont dans la Société civile  ou dans les regroupements et associations
qui encouragent les autres femmes à s’engager pour peser dans ce
secteur dominé par les hommes.
Des voix se sont élevé concernant l’engagement de la femme dans la
politique réclamant que les pouvoirs publics tout en assurant la
promotion de ses droits, veille à l’élimination de toute forme de
discrimination à l’égard de la femme.  Les femmes ne devraient plus
se contenter du rôle que la société traditionnelle leur a assigné, à
savoir  que la femme, c’est la ménagère, la mère, l’épouse…
Différentes mesures ont  été prises pour réviser le Code de la famille
afin de supprimer les dispositions discriminatoires à l’endroit des
femmes.  A ces innovations politiques s’ajoutent les initiatives et
actions menées par les organisations féminines pour que les avancées
juridiques se traduisent dans les faits par une plus grande égalité
entre les genres. Il y a eu des actions et des plaidoyers pour la
parité visant la révision du Code de la famille. Les plaidoyers ont
également visé les responsables des partis politiques pour un accès
accru des femmes aux postes de responsabilité et à une meilleure prise
en compte des questions liées à l’égalité des sexes.
CM (CP)