Le MLC et Alliés au bord de l’implosion

2
784

Le Mouvement de Libération du Congo (MLC) et ses alliés, regroupés au sein du Front pour le Respect de la Constitution, se trouvent à couteaux tirés. Présentement, cette plate-forme politique se trouve au bord de l’implosion.

Entre autres preuves du climat malsain qui règne en son sein, on note le refus des partis alliés de suivre l’appel au boycott du Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre, piloté par Joseph Olenghankoy, leur lancé par le MLC, qui se considère comme la locomotive de la plate-forme.

Une frange des acteurs du Front pour le Respect pour le Respect de la Constitution se montre disponible pour faire alliance avec ce dissident du Rassemblement, avec à leur tête Lumuna Ndubu. Ce dernier se déclare même prêt à occuper le fauteuil de vice-président de cette nouvelle institution de la transition pourtant boudé puis rejeté par le MLC, qui exige le respect de la procédure de désignation de son président, telle que consignée dans l’Accord de la Saint Sylvestre.

Les frondeurs du FRC affirment ne pas se reconnaître dans la dernière déclaration du MLC rendue publique par Ndjoli et récusant Joseph Olenghankoy comme successeur de feu Etienne Tshisekedi à la présidence du CNSA, après avoir été désigné au poste à partir du Palais du peuple, sous l’égide des présidents de l’Assemblée Nationale et du Sénat, Aubin Minaku et Léon Kengo.

Comme il fallait s’y attendre, les sociétaires du Front pour le
Respect de la Constitution restés fidèles au MLC et sa Secrétaire
générale,  Eve Bazaiba, viennent de réagir contre leurs alliés d’hier.
Dans un communiqué de presse signé par  le Coordonnateur adjoint du
FRC, Kikata Ngima, il est affirmé avec force que la bande à Lumuna
Ndubu n’a titre, ni droit pour engager la plate-forme. Il est souligné
que seule la Coordonnatrice du Front pour le Respect de la
Constitution, Eve Bazaiba, et lui-même, son adjoint, ont le droit
d’engager ce regroupement politique auprès des tiers.
A cet effet, le FRC, sous la Coordination de la Secrétaire générale
du MLC, demande à toutes les institutions du pays et ses membres de
n’accorder aucun crédit à quiconque, tenté par la recherche avide du
pouvoir, d’engager la plate-forme
«Il n’existe qu’une seule plate-forme appelée Front pour le Respect
de la Constitution, qui a pris part aux discussions du Centre
Interdiocésain, dont les membres de la délégation sont mieux connus à
la CENCO, ainsi qu’à la présidence de la République », a martelé
Kikata Ngima.
ERIC Wemba

2 COMMENTS

Comments are closed.