Mission des NU en RDC : le leadership féminin en alerte

0
92

La mission de haut niveau des Nations Unies en séjour à Kinshasa depuis le lundi 24 juillet 2017 a échangé, le mardi 25 juillet, avec les différentes représentations et organisations féminines du pays, dans la Salle Kinshasa du Fleuve Congo Hôtel à Gombe, avant de
s’entretenir avec la presse nationale et internationale autour des contours de sa visite.

Inscrite sous le thème « Revitaliser la participation des femmes et le leadership dans la paix, la sécurité et le développement », cette mission conduite par Amina J. Mohammed, Secrétaire Générale Adjointe des Nations Unies, accompagnée De Dr. Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice Exécutive de ONU Femmes et Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies, et Pramila Patten, Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, vise à souligner l’importance de la participation et du leadership des femmes dans les initiatives locales, nationales et régionales de paix, de sécurité et de développement.

Par leur visite en RDC, la délégation onusienne veut  préconiser
également une mobilisation plus forte des femmes et un soutien adéquat
et holistique aux survivantes de violences sexuelles liées aux
conflits, y compris leur réinsertion accélérée dans les communautés.
Et espère ainsi apporter une visibilité au rôle joué par les femmes
dans la prévention des conflits et à la réalisation des objectifs
durables des Nations Unies (Agenda 2030).
Amina J. Mohammed a précisé que la mission se veut une plateforme
permettant de porter la voix et les expériences des femmes aux
décideurs et aux dirigeants politiques, y compris les ministres et
chefs de gouvernement des pays visités, ainsi qu’aux dirigeants de la
Commission de l’Union africaine et aux membres du Conseil de Sécurité
de l’Onu.
De leurs échanges avec les femmes congolaises leaders et de ce
qu’elles ont vu en RDC, ces dames de la délégation onusienne ont noté
une franche opportunité d’autonomiser les femmes à la base en
République Démocratique du Congo. En ce qui concerne les droits de
l’homme, d’après le constat fait par la mission, un long chemin est
encore à faire car ils ne sont pas respectés.

Des progrès en matière de violences sexuelles
La délégation a salué par ailleurs les efforts fournis par le
gouvernement congolais, notamment par le biais du représentant
personnel du chef de l’Etat en matière de lutte contre les violences
sexuelles, qui travaille également en étroite collaboration avec le
bureau des UN en cette matière. Elle a de ce fait insisté sur
l’application et la mise sur pied des lois portant entre autre sur la
protection des survivantes et la réparation afin de mener une lutte
plus accrue contre ce crime et inverser la tendance.
Au regard des défis majeurs auxquels fait face la RDC, la Secrétaire
générale adjointe des Nations Unies a exhorté les autorités
congolaises à combattre l’impunité et renforcer son système
judiciaire. Elle a de ce fait relevé l’importance pour ce pays
d’Afrique centrale de placer la femme au centre de tout dans cette
démarche, qui ne manque que la volonté politique, dans laquelle la
mission se dit prête à aider le gouvernement congolais.

La paix, condition pour stopper les déplacements au Kasaï
Abordant la situation des déplacés massifs dans le Kasaï, le
coordonnateur humanitaire, Mamadou Diallo, et les membres de la
mission ont insisté la nécessité de l’implication de la femme dans la
recherche de la paix notamment par le dialogue, condition sine qua non
pour arrêter cette vague des populations qui quittent leurs lieux
d’habitation vers l’inconnu.  Après Kinshasa, la délégation s’est
envolée pour Goma, dans le Nord-Kivu, l’une des provinces du pays
ayant connu le plus grand nombre de cas de violences sexuelles en
temps de conflits. La mission va donc partager avec cette population,
les actions déjà menées jusqu’à ce jour et le succès qu’il y a eu dans
cette lutte.
Myriam Iragi