Mission économique des hommes d’affaires belges en RDC

0
93

En mission économique en RDC depuis le 11 octobre 2014, une délégation des hommes d’affaires belges a démarré son programme de travail, comme il faudrait le rappeler,  par plusieurs visites à l’intérieur du pays, notamment au Bas-Congo, à Kananga, au Katanga et à Tshikapa. Et pour les jours à venir, outre la visite de Kinshasa, d’autres villes sont prévues à leur agenda. L’on croit savoir que des membres de cette mission pourront se rendre également dans le Bandundu, au Maniema et dans la province orientale.

Aiguillonnés par la somme d’informations leur fournies par les services de la Représentation économique et commerciale de trois régions bruxelloise, wallonne et flamande à Kinshasa, ces entrepreneurs belges ont certainement découvert dans des provinces, des opportunités immenses d’investissement dans plusieurs secteurs d’activités. Il ne reste plus que des échanges interentreprises qui pourront aboutir aux relations de partenariat gagnant-gagnant avec des entreprises congolaises de mêmes secteurs.

Signalons que hier lundi 20 octobre 2014, au Grand Hôtel Kinshasa, l’ambassadeur de Belgique à Kinshasa, Michel Lastchenko, a salué cette mission économique et commerciale belge qui se déroule sous des auspices heureux. Elle se déroule, a dit Michel Lastchenko, à un moment charnière en RDC. Après les grands conflits qui ont ravagé l’Est du pays et qui sont en voie d’être maitrisés et avant que soit mis sur pied un nouveau gouvernement, la révision de la Constitution suscite énormément de passion, et alimente des débats.

En Belgique, a relevé Michel Lastchenko, ils viennent en effet, de former un nouveau gouvernement, et à Kinshasa, on attend la nomination d’une nouvelle équipe gouvernementale.  Il a salué également les performances économiques réalisées par le gouvernement qui a pu rétablir les grands équilibres macro-économiques dont les retombées finiront par se refléter dans la vie des Congolais.

Pour l’ambassadeur de Belgique, la croissance enregistrée ces temps derniers offre de belles perspectives pour la mission économique et commerciale.

Livrant son point de vue sur cette mission, Michel Lastchenko a commencé par épingler l’importance de l’énergie sans laquelle  il n’est pas possible de développer ce pays.  Dans ce secteur, a-t-il dit, l’on assiste à l’arrivée de grands groupes internationaux, et d’ajouter qu’il y a toujours de places pour les petites et moyennes entreprises belges.

Sur l’échiquier économique congolais, il y a toujours de la place pour les entreprises belges

 Dans le domaine général des infrastructures, l’ambassadeur de Belgique à Kinshasa a prévenu que l’image de constructions visibles à Kinshasa et à l’intérieur, peut dérouter, mais il reste beaucoup à faire dans ce pays.

Dans le secteur minier, les industries extractives ont besoin des équipements pour l’appui logistique et le transport des minerais. Il a relevé qu’au-delà de ce secteur, il y a l’agro-alimentaire. Presque partout, il n’y a pas d’installations de stockage.

Concernant la santé publique, Michel Lastchenko s’est félicité des efforts déployés par le gouvernement pour éradiquer la maladie Ebola qui frappe quelques pays africains, et qui grâce au ministère de la Santé, reste confinée dans la province de l’Equateur.

            Enfin, il a souhaité à ses compatriotes des milieux économiques et commerciaux, un bon séjour en RDC et des contacts fructueux avec leurs homologues congolais, avant de remercier le responsable de la représentation économique et commercial de trois régions bruxelloise, wallonne et flamande pour avoir réussi à rassembler autant d’entreprises belges pour cette mission.

            Le décor politique planté, Jérôme Roux, le conseiller économique et commercial de l’ambassade de Belgique à Kinshasa, a rappelé que cette mission démarrée le 11 octobre 2014, par la visite du Katanga, de Kananga, Tshikapa et Bas-Congo, a permis à quelques entrepreneurs belges nés en RDC, de visiter leur terre natale, et d’envisager la réalisation de quelques projets de développement.

            Dans les relations belgo-congolaises, Jérôme Roux a souligné le côté sentimental et d’indiquer qu’au moment où la RDC s’internationalise, l’aspect multiculturel peut favoriser bien de bonnes situations. A ce sujet, il a cité l’anecdote d’un membre de cette mission qui s’est exprimé en chinois à Kolwezi et a pu obtenir des contacts avec des industriels miniers chinois.

            Pour terminer, il a déployé la carte signalétique des sociétés belges membres de  cette mission qui sont spécialisées dans les secteurs de l’énergie, des infrastructures, de la logistique et de la manutention, de l’agriculture et du développement rural.

            Signalons qu’aujourd’hui débute au Fleuve Congo Hôtel, la série des conférences organisées par le groupe sud-africain Ipad spécialisé dans le secteur minier et il a invité les promoteurs belges à prendre part à ces manifestations économiques pour ceux qui vont rester à Kinshasa, et a souhaité des échanges fructueux pour ceux qui se déplaceront dans le cadre de visites dans les provinces du Bas-Congo, Bandundu, province Orientale et peut-être Maniema.

J.R.T.      

LEAVE A REPLY

*