Mission de prospection du ministre des Transcom à l’INPP

0
149

Soucieux de palper du doigt le processus de contrôle des véhicules  de transport en commun, surtout ceux de marque Mercédès, modèle 207, tristement appelés « esprit de mort », qui sont sous délai d’interdiction de circulation à Kinshasa, le ministre des Transports et Voies de communication (TRANSCOM), Justin Kalumba Mwana Ngongo, a effectué jeudi 13 février 2014, une visite de prospection à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP).

 Sous la conduite de Maurice Tshikuya Kayembe, le numéro un congolais des Transports a visité toutes les filières de cet établissement public, implantées  sur la 11ème rue, quartier Industriel, dans la commune de Limete. Il s’est intéressé particulièrement plus au Centre de formation et de contrôle technique automobile (CFCTA). Au terme de sa visite riche en découvertes, Justin Kalumba Mwana Ngongo s’est déclaré très impressionné et agréablement surpris par l’expertise de l’INPP. Il a encouragé les efforts fournis par le comité Maurice Tshikuya dans la qualification professionnelle des jeunes de la République Démocratique du Congo. « Il est étonnant, s’est exclamé le ministre des TRANSCOM de constater que l’INPP se modernise alors que d’autres sociétés sont en train de  mourir ».

Justin Kalumba a également salué l’organisation des filières techniques qui, selon lui, répondent aux besoins  réels de la société, notamment : l’électricité, l’électronique, le froid et la climatisation, la plomberie, la mécanique. « La formation dans ces filières, a-t-il soutenu, est le pivot de la reconstruction du pays et de la réinsertion sociale de jeunes ». Revenant sur le mobile de son déplacement à l’INPP, le ministre des TRANSCOM a lancé un vibrant appel aux propriétaires des charrois automobiles à respecter les instructions gouvernementales relatives au contrôle technique de leurs véhicules. Et cela, sous peine d’être interdits de circulation sur les artères de la ville de Kinshasa.

Il sied de rappeler que tous les experts qui animent les Centres de contrôle technique des véhicules implantés dans la ville de Kinshasa sont des produits de l’INPP. Le CFCTA est prioritairement un centre de formation. Dans des situations exceptionnelles, comme le cas présent, le gouvernement à travers son ministère des Transports et Voies de communications devrait se mobiliser pour apporter un appui supplémentaire à cet établissement public, en vue de renforcer des mesures  de sécurité technique par le contrôle  des véhicules. Cela d’autant plus que la grande majorité de la population kinoise  recourt à ces véhicules comme moyens de transport.

 Une délégation de COPIREP à l’INPP

 Juste après le ministre des TRANSCOM, l’ADG Maurice Tshikuya Kayembe a reçu une délégation de COPIREP conduite par son Secrétaire exécutif Adjoint, Alex Nkusu.

Celle-ci a eu droit à une visite guidée de toutes les filières de cette institution publique en commençant par la nouvelle imprimerie numérique, suivie de l’Académie CISCO (une marque de compétence américaine dans le domaine de l’informatique) et du laboratoire de la Plomberie. Dans la filière Electronique, la délégation a été émerveillée par le transfert de l’expérience japonaise auxformateurs de l’INPP dans le cadre de la formation des formateurs, de même que l’entretien et la maintenance des ordinateurs par les jeunes apprenants. Les autres filières dont notamment  Froid et Climatisation, la Menuiserie, le Centre de Formation et de Contrôle Technique Automobile, la Motorisation, l’Hôtellerie et Restauration, la Cordonnerie (filière en gestation) … n’ont pas laissé indifférents Alex Nkusu et toute sa délégation.

Au cours de l’échange ayant suivi la visite guidée, l’ADG de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe, a fait observer à ses hôtes que la technologie est, aujourd’hui, à la portée de tout le monde. Ce qui compte, ce sont les compétences humaines. Celles-ci font la différence, innovent. Ce qui tue les entreprises publiques, a-t- il relevé, c’est le peu de considération qu’elles accordent à l’aspect technique. L’INPP, a martelé Maurice Tshikuya, est disposé à accompagner ces entreprises à travers le COPIREP.

            Pour sa part, le Coordonnateur Adjoint de COPIREP, Alex Nkusu, s’est déclaré fort satisfait par la métamorphose de l’INPP. Cet établissement public s’agrandit chaque jour avec la création de nouvelles filières.

Michel  LUKA  

LEAVE A REPLY

*