Ministres ou gouvernements dans le gouvernement ?

0
19

Les  ministres  du  gouvernement  central  sont  censés  traduire  la  politique  du  gouvernement.  Leurs  faits  et  gestes  doivent  refléter  cette  politique.  Ils  sont  supposés  posséder  des  connaissances  étendues pour  comprendre  et  discuter  en responsables  avertis  de  tous  les  problèmes  nationaux  et  nationaux  mais  particuliers  à chaque  département.  Des  déclarations  qu’ils  font,  des  mesures  qu’ils  annoncent,  ou  des  décisions qu’ils  prennent  sont  supposées  avoir  fait  l’objet  de  concertation  dans  les  réunions  du  gouvernement  avec  le  chef  de  l’Etat ou  le  Premier  ministre.  L’opinion  entend  parfois  des  déclarations  arrogantes et  à l’emporte-pièce  en  réaction  contre  les   rapports  des  ONG de  défense  des  droits  de  l’homme,  sans   que  les  faits  dénoncés  soient  réfutés  en  fournissant  une version  contraire ;  des  mesures  hasardeuses et  cavalières  apparemment  prises  dans  la  précipitation ;  des  décisions  arbitraires  et  peu  judicieuses.  On  se  demande  alors  si  les  ministres  agissent  de  leur  propre autorité   ou  s’ils  expriment  réellement  le point  de vue  du  gouvernement  débattu en Conseil des ministres.

Les  contradictions  et  incohérences de  certains actes  amènent  des  observateurs  à  se  demander  si les  ministères  n’ont-ils  pas  tendance  à  se  considérer  comme  des  gouvernements  dans  le  gouvernement.  Il n’y a  pas  d’harmonie et  d’unité  d’action.  Il  s’ensuit  des  protestations  et  des  contestations  qui  rejaillissent   sur  l’ensemble  de  l’équipe  gouvernementale.  Certaines  déclarations,  mesures  ou  décisions sont  si  impertinentes  qu’elles  jettent le  discrédit  sur  le  pays,  et  empoisonnent  le  climat  dans  d’autres  secteurs  de  la  vie  sociale.  L’impression qui s’en dégage est qu’il y aurait impuissance et carence  d’autorité pour donner  un  coup  de  barre à  ces  faits et gestes  symptomatiques de l’anarchie.  Des  grèves  éternelles  par-ci  par-là  que  les ministres  responsables  des  départements  intéressés  provoquent  par  de  mauvaises négociations  et  des  promesses non tenues  sans  qu’ils  soient  capables  de  les  stopper.  Finalement,  des  mémorandums  de  protestation  sont  adressés  au  chef  de  l’Etat  ou  au  Premier  ministre  par  les  milieux  socio-professionnels  lésés.  Des  délégations  sont  constituées  pour solliciter  des  audiences.  Cela  montre  que  les  sujets  qui  suscitent  ces  réactions  défavorables  dans  l’opinion seraient  des  initiatives  personnelles  qui n’….jamais  fait  l’objet  de  concertation  dans  les  réunions du gouvernement.

Le  cas  le plus  récent  qui  frise  le  scandale  parmi  tant d’autres,  est  celui  de  la  pagaille  indescriptible  créée  à  la  légère  par  le  ministre  de  l’Enseignement supérieur  et  universitaire (ESU), Léonard  Mashako  Mamba,  dans  le  secteur  aussi  sensible  que  celui  de  l’Education.  La  pagaille  et  le  scandale ne sont pas  ici  des  termes  excessifs  quand  on  prend  connaissance  du  mémorandum  que les  présidents  des  Conseils  d’administration  des  universités  Mgr  Tharcisse  Tshibangu,  des  instituts  supérieurs  techniques  Mpeye  Nyango,  et  des  instituts  supérieurs  pédagogiques  Mbulamoko  Nzenge  Movoambe, dénonçant les  interférences  fâcheuses du  ministre  et  le  désordre  qu’il  a  installé  dans  le  fonctionnement  des   universités  et  des  instituts  supérieurs,  s’arrogeant  les pouvoirs   légalement  dévolus aux Conseils d’administration. Il  se  substitue  d’autorité  aux Conseils  d’administration.  Il   révoque  et  nomme  des  recteurs.  Il  suspend  des  professeurs.  Que  ces  3  personnages au  sommet  de  l’enseignement  supérieur  et  universitaire  ,  versés  dans  leurs  secteurs  respectifs,  bien  considérés et  tenus  en  haute  estime  par  l’opinion, élèvent  ensemble  la  voix  pour dénoncer  les   égarements  d’un  ministre,  cela  permet  d’imaginer  la  profondeur  de  l’abîme  dans  laquelle  le  pays est  tombé. 

Selon  la  substance de  leur mémorandum,  ils  reprochent  au  ministre  Mashako Mamba  de  violer  systématiquement  les  textes  légaux  et  réglementaires  régissant  les  universités  et  les  instituts  supérieurs.  Il  procède  d’autorité  à  des  mises   en  place   intempestives  des   autorités  académiques ;  à   la  valse  des  autorités  académiques  sans  raison  valable  et  ils  citent  le  cas  de  3  recteurs  de  l’Unikin  au  cours  d’une même année  académique ;  à  l’usurpation  des   pouvoirs des établissements  jusqu’à  se  permettre  de  présider  des  réunions  des  organes  de base  (cas  de  l’Unikin) ;  à  l’imposition  d’une  taxe  de    5 Usd  à  chaque  étudiant soi-disant  pour  l’Expo ESU.  Toutes  ces  mesures  et  décisions  aléatoires  et  porteuses  de  désordre,  le  ministre  les  prend   seul  en  ignorant complètement  les  Conseils  d’administration  et  les  autorités  académiques.   A  l’instar  de  l’apprenti  sorcier,  le  ministre  a  créé   une  situation  compliquée  qu’il  ne  peut  plus  maitriser.  C’est le  cas  de  la  grève  des  professeurs  de  l’Université  de  Kinshasa  regroupés  au  sein  de  l’Apukin (association  des  professeurs  de  l’université  de  Kinshasa).

Il  a  tenté  d’éteindre  le  feu,  mais  les  grévistes  par  leurs  syndicalistes  interposés, ont  découvert  des  anomalies  dans  le  document  final  élaboré  par  le  cabinet  du   ministre   à  l’issue  de  leurs  pourparlers.  Des   points  importants  sur  lesquels  ils  étaient  tous  tombés  d’accord,  n’y figurent  nulle  part.  Sous  d’autres  cieux,  le  mémorandum des  présidents  des  Conseils d’administration  des  instituts  supérieurs  et  des  universités, et la grève  des  professeurs  de  l’Unikin,  eu  égard  à la  dignité et  à  l’honorabilité  des  signataires  de  ce  mémorandum,  auraient  incité le  gouvernement à  demander  des  comptes  au  ministre.  Mais tout se passe comme si chaque ministère était en lui-même un  gouvernement  dans  le  gouvernement,  son  titulaire étant  libre  d’agir  comme   il  l’entend. Il est temps de mettre fin à cette déplorable image.

Jean  N’Saka  wa N’Saka

LEAVE A REPLY

*