Ministère de PTT/NTIC :Luhaka à l’écoute de ses partenaires

0
378

thomas-luhakaHier mardi 13 janvier 2015 à l’Hôtel du Fleuve, le Vice-Premier ministre chargé des Postes, Téléphones, Télécommunications/Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, a reçu  tour à tour les opérateurs économiques évoluant dans le secteur des télécommunications. Thomas Luhaka s’est entretenu avec  le comité d’accès à l’internet (F.A.I) et des responsables des équipements Samsung, Huawei, ZTE, CITCC, Ericsson.  Ces échanges à huit clos font suite à ceux amorcés lundi avec les opérateurs de la téléphonie mobile ( Airtel, Vodacom, Tigo, Africel, Orange…).

Selon le Vice-premier ministre, ces rencontres  ont non seulement pour but d’échanger sur les différents problèmes qui touchent le secteur des télécommunications, mais aussi sur le cadre idéal pour renforcer le climat de confiance, de transparence et d’équité entre les opérateurs économiques privés et l’Etat.  Car, dit-il, la RDC a trois défis majeurs à relever. Il s’agit notamment de faire migrer l’état de nos lois et infrastructures, du 20ème au  21ème siècle ; de voir dans quelle mesure les PTT/NTIC peuvent profiter au développement de ce secteur et à la population, en termes d’emplois,  d’éducation et de santé ; et de maximiser les recettes avec l’intelligence d’une fiscalité pouvant contribuer au trésor public et à la croissance remarquable du secteur de PTT/NTIC.

Thomas Luhaka a rappelé que les réflexions portent également sur l’impact de la fiscalité en ce qui concerne la migration de la RDC dans les technologies de l’information et de la communication, au regard des recommandations de l’Union Internationale des Télécommunications et de meilleures pratiques dans le monde.

Reçu en première position, le comité d’accès à l’internet s’est entretenu avec le Vice-premier ministre des PT/NTIC sur  les problèmes relatifs à la fibre optique reliant la RDC et Muanda, qui est encore inopérante jusqu’à présent, aux opérateurs clandestins, à l’affaire Sim Box, aux connexions des services du gouvernement aux réseaux privés, etc.

A leur tour, les opérateurs du secteur des équipements SAMSUNG, Huawei, etc., ont souligné la difficulté d’accès à l’internet, la concurrence déloyale que subit Samsung sur le terrain, la contrefaçon et l’homologation des équipements.

On rappelle que les opérateurs de  la téléphonie mobile reçus avant-hier ont réfléchi sur l’applicabilité de l’interconnexion entre le réseau Africel et les autres, le dossier 4G internet en perspective, qui selon eux, n’est pas une priorité puisque la 3G offre déjà de meilleurs services, etc.

Thomas Luhaka a promis sa franche collaboration afin que des solutions soient trouvées aux problèmes soulevés.

Perside DIAWAKU