Migration et développement : Kinshasa abrite les assises de «Facilité Intra-ACP»

0
172

Faire de la migration un facteur contributif au développement durable dans l’espace des Etats de l’ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique). C’est ce qui justifie la tenue du « Forum national sur la migration et le développement en République démocratique du Congo » dont les travaux ont été lancés, hier mardi 29 octobre en la salle des conférences du ministère des Affaires étrangères, par le Secrétaire général à l’Intérieur. La clôture interviendra ce mercredi dans l’après-midi.

Organisé par « Facilité Intra-ACP pour les migrations », un projet du groupe des Etats ACP et financé par le Fonds européen de développement avec 25 millions d’euros sur 4 ans, le forum de Kinshasa entre dans le cadre de l’Accord de Cotonou sur les flux migratoires.

La cérémonie d’ouverture a connu deux communications, à savoir : le mot du secrétaire général à l’Intérieur et Décentralisation, ainsi que la présentation du projet de politique migratoire en République démocratique du Congo.

Dans son intervention à l’ouverture officielle des travaux, le Secrétaire général Alidor Kakubu Kilaka a déclaré : «…les migrations sont de nos jours d’une ampleur importante et représentent un enjeu politique et économique déterminant pour les pays en général, et en particulier pour les pays en voie de développement ».

L’apport des migrants dans le développement des pays d’origine tout comme les investissements directs étrangers au développement ont été, à l’occasion, épinglés par l’intervenant en soulignant que cette réalité qui monte en puissance depuis une cinquantaine d’années a atteint à ce jour la maturité.

«En République Démocratique du Congo, la thématique migratoire est d’un enjeu capital tant il a été prouvé qu’elle influence la situation politique, sociale, économique et sécuritaire.

Sur le plan international, la République Démocratique du Congo se présente en tant que pays d’émigration mais aussi d’immigration.

Compte tenu de cette situation, elle a été retenue par le Secrétariat ACP par les 12 pays pilotes dans lesquels la Facilité Intra ACP met en œuvre ses activités depuis 2011 ».

A son tour, le consultant David Lelo a procédé à la présentation du projet de politique migratoire de la Rdc.

De manière globale, cette politique vise à faire de la migration un secteur porteur de développement et capable d’assurer la sécurité appropriée au pays.

Il a fait savoir, à ce sujet, que la migration constitue une ressource supplémentaire à la politique d’émergence prônée par les autorités.

Quid du projet « Facilité Intra-ACP pour les migrations » ?

Ce projet financé par l’UE à travers son fonds de développement s’assigne pour mission : appuyer les Etats ACP dans un processus visant à améliorer la gestion des flux migratoires intra-ACP et à valoriser leur impact sur le développement.

Pour ce faire, sa vision est d’associer migration et développement.

Son objectif est d’intégrer la migration dans les stratégies et politiques de développement nationales et régionales ACP en vue de l’amélioration des conditions de vie et des droits des populations.

Le projet est structuré en trois composantes ci-après :

Composante 1 : le renforcement des capacités institutionnelles de 6 organisations régionales et des institutions nationales pertinentes de 12 pays pilotes ;

Composante 2 : la création d’un réseau d’observatoires et d’analyse sur la migration ACP ;

Composante 3 : le renforcement des capacités de la société civile ACP, au niveau régional et national, pour qu’elle participe pleinement au dialogue sur les questions migratoires.

On indique que les composantes 1 et 3 de la Facilité sont gérées, à travers un contrat de services, par une unité de gestion de projet basée à Bruxelles. Tandis que la composante 2 est mise en œuvre à travers un contrat de subvention attribué à l’OIM, par une unité de gestion centrale aussi basée à Bruxelles. L’initiative bénéficie également d’un soutien financier de la Suisse.

            Le champ d’action de la Facilité est bel et bien les 12 pays pilotes situés dans les 6 régions ACP. Il s’agit :

– Afrique de l’Ouest : Sénégal et Nigeria ;

– Afrique Central : Cameroun et République démocratique du Congo ;

– Afrique de l’Est : Kenya et Tanzanie ;

– Afrique Australe : Angola et Lesotho ;

– Caraïbes : Haïti, Trinité et Tobago ;

– Pacifique : Papouasie Nouvelle Guinée, Timor oriental.

            Quant au coût, les composantes 1 et 3 sont dotées d’un budget de 14.450.000 euros.

            La Facilité qui devrait initialement démarrer ses activités en 2009, les a plutôt commencées avec deux ans de retard. soit en 2011, à cause des difficultés de financement. Ce qui fait que le projet se poursuivra jusqu’en juin 2014.

Dom 

LEAVE A REPLY

*