Mgr Bodika pour une formation intégrale accrue des catholiques

0
176

bodikaOuverte en 2013, l’année jubilaire de la paroisse Sainte Agnès de Ndjili caractérisée par l’organisation de plusieurs activités ( un tournoi de football, une marche de santé, et une randonnée à travers la ville), a été clôturée le dimanche 19 octobre 2014 par Mgr Bodika, évêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Kinshasa et représentant du cardinal Monsengwo à cette « fête ». Plusieurs Jésuites, entre autres le père provincial des Jésuites d’Afrique centrale, José Minaku, le recteur sortant du Collège Bonsomi, Romain Kazadi et d’autres prêtres du doyenné Sainte Thérèse et d’ailleurs, le député national Mpasi a Mbongo…. ont tenu à célébrer le cinquantenaire de Sainte Agnès aux côtés du curé l’abbé RigobertNsibu de la paroisse citée ci-haut.

            Habillés en pagnes et polos du « cinquantenaire » ou simplement bien endimanchés, de nombreux fidèles n’ont pas voulu rater le culte dominical du 19 octobre 2014 qui a coïncidé avec le dimanche de missions. Les choristes de huit chorales de Sainte Agnès ont été éblouissants. Bercés par ces sons, drapelets en mains, quelques fidèles n’ont pas manqué d’esquisser des pas de danse, sous l’œil admiratif de Mgr Bodika.

            S’inspirant des textes bibliques sur les apôtres Paul, Matthieu…, Mgr Bodika est revenu sur le travail des premiers missionnaires qui ont quitté l’Occident pour venir propager la bonne nouvelle loin de leurs pays. Remerciant en cela les « pionniers », les pères Théodore Bollen, Charles Boemen, Alvaro Crook, Xavier Zabalo et huit autres curés qui se sont dévoués corps et âme pour faire aujourd’hui de Sainte Agnès une paroisse digne de ce nom, avaient également la casquette d’enseignant pour avoir même dispensé des cours. Il a  épinglé les noms des laïcs qui à leur tour ont mis la main à la pâte. Notamment Mukelenge, Etumba Romaine, Edouard Nkutu( père du reporter Jean-Pierre Nkutu), Kivata…

                  Motivation

            Dieu a envoyé son fils pour faire connaître son nom ici sur terre. Jésus a demandé aux apôtres de propager la bonne nouvelle et de faire des hommes les disciples du Christ, a-t-il dit plus loin.

Mais comment répandre l’évangile si on n’a pas qualité pour le faire ? s’est-il écrié.

Moïse appelé par Dieu pour délivrer les Israélites du joug des Egyptiens, a été interpellé par les siens en ces termes : Qui t’a mandaté ?

            La propagation de la bonne nouvelle n’est pas l’apanage des prêtres et peut être faite par les chrétiens. L’évêque auxiliaire de Kinshasa s’est  ensuite posé ces questions :

            Mais ceux qui se hasardent à créer des « églises » ont-ils été inspirés par Dieu ?

            Les personnes tenaillées par la faim ou simplement désireuses de s’offrir des « mabonza » et qui un bon matin, créent des sectes ont-ils senti l’appel de Dieu ?

            Il a cité plus loin le cas de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus qui a exercé son ministère dans le couvent des Carmélites. Dans la foulée, il a invité les paroissiens de Sainte Agnès à aller vers les chrétiens à la foi ramollie pour les réarmer moralement, et de prêcher par l’exemple dans leur milieu professionnel et leurs quartiers.

            Le délégué de Monsengwo à Ndjili a émis le vœu de voir les prochains curés de la paroisse Sainte Agnès mettre un accent particulier sur la formation intégrale des chrétiens. Ce renforcement des capacités doit se faire dans les domaines de la liturgie, du développement et de  de la Bible.

            Cédée en 1977 aux Jésuites, Sainte Agnès compte aujourd’hui quinze CEVB, 16 prêtres, 3 religieuses et un frère sont sorties de cette paroisse.  Ces précisions ont été fournies par Sylvain Malongo,  le président du comité paroissial en milieu d’après-midi au Collège Bonsomi où fidèles et invités se sont retrouvés pour partager un verre et se restaurer. Malongo a eu des mots élogieux à l’endroit de l’abbé RigobertNsibu, l’actuel curé pour avoir initié des travaux de réfection de leur paroisse et insufflé un esprit convivial auprès de ses ouailles.

            Nsibu a remercié ses supérieurs et tous ceux qui de loin et de près ont contribué à la réussite de cet événement. Il a eu des mots flatteurs à l’endroit de Mgr Bodika qui sans hésiter a accepté son invitation.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*